Attentat de Turku en Finlande : le terroriste “ciblait les femmes”, annonce la police

A l'endroit où fut poignardée une des victimes, une femme chante une chanson traditionnelle accompagnée de son kantele, lyre finlandaise (MARKKU OJALA)

Le deman­deur d’asile maro­cain de 18 ans qui a poignardé à mort deux Fin­landais­es à Turku ven­dre­di “ciblait les femmes” ont annon­cé les autorités fin­landais­es ce matin.

Selon la com­mis­saire Crista Granroth, du Bureau nation­al des enquêtes en Fin­lande, “il sem­ble que le sus­pect ciblait les femmes. Les hommes blessés ont été attaqués parce qu’ils ten­taient d’aider ou d’empêcher l’at­taque.” 

“Elle hurlait et a dit qu’une femme avait eu la gorge tranchée”

Par­mi les huit blessés, on compte six femmes et deux hommes. “Un homme a été blessé en essayant d’aider une vic­time et un autre a ten­té d’ar­rêter l’as­sail­lant”, a pré­cisé Crisa Granroth.

“Nous avons d’abord enten­du une femme crier comme une folle, a racon­té Lau­ra Laine, témoin de la scène, à Reuters. Nous pen­sions que c’é­taient juste des enfants qui jouaient … mais les gens ont com­mencé à s’agiter et j’ai vu un homme poignarder une femme, couteau à la main.

Puis une per­son­ne nous a hurlé “Il a un couteau !” et tous les gens en ter­rasse se sont réfugiés à l’in­térieur. Ensuite, une femme est entrée dans le café.

Elle hurlait, comme hys­térique, à genoux, et a dit qu’une femme avait eu la gorge tranchée.”

La police fin­landaise a neu­tral­isé l’as­sail­lant en lui tirant plusieurs balles dans les jambes. Il s’ag­it d’un deman­deur d’asile maro­cain de 18 ans, arrivé sur le sol fin­landais en 2016, ont annon­cé les autorités en con­férence de presse. Cinq autres sus­pects ont été arrêtés en rai­son de leurs liens avec l’as­sail­lant.

“Il faut garder son calme”

Les ser­vices de sécu­rité fin­landais (Supo) esti­ment que le niveau d’ex­po­si­tion de la Fin­lande au ter­ror­isme est passé de “faible” à “élevé”. La police fin­landaise recom­mande aux habi­tants de Turku d’éviter le cen­tre-ville.

La min­istre de l’in­térieur Paula Risikko a déclaré que la société fin­landaise ne devait pas “se laiss­er gag­n­er par la peur ou la haine”. “Il faut garder son calme, la haine n’est pas la réponse à la colère”, a pour sa part twit­té le Pre­mier min­istre Juha Sip­ilä. En 2012, le Pre­mier min­istre de l’époque Jyr­ki Katainen avait été approché à Turku dans la rue par un homme armé un couteau. Le Pre­mier min­istre n’avait pas jugé néces­saire d’en­gager de pour­suites judi­ci­aires con­tre l’homme au couteau.

24h après l’at­taque, on ignore tou­jours si les per­son­nes ayant vu une femme égorgée sous leurs yeux sont par­venus à se guérir de “la peur ou de la haine”.

Autre article de Solveig Mineo

Belgique : lors d’un débat télévisé, un élu islamiste refuse de regarder les femmes présentes et de leur serrer la main

Redouane Ahrouch, élu local belge islamiste, fon­da­teur du par­ti ISLAM et can­di­dat...
En savoir plus