La rectrice d’académie Charline Avenel interrompt une visite officielle pour exprimer son refus du voile islamique à l’école

Jeu­di matin, lors de la vis­ite d’une école publique, la rec­trice de l’a­cadémie de Ver­sailles a tourné les talons pour mar­quer son oppo­si­tion à la présence de mères en voile islamique dans l’en­ceinte de l’étab­lisse­ment. La rec­trice Char­line Avenel était en vis­ite à l’é­cole Charles de Gaulle de Cla­mart (Hauts-de-Seine) dans le cadre d’ate­liers con­sacrés à la préven­tion du har­cèle­ment sco­laire.

Le Parisien relate la scène : ” Une fois franchie la porte de l’é­cole, pre­mier malaise dans la délé­ga­tion : une mère voilée accom­pa­gne plusieurs élèves dans une activ­ité. Les offi­ciels passent leur chemin et pour­suiv­ent dans la cour. Où deux autres mères voilées, venues par­ticiper aux ate­liers de coé­d­u­ca­tion, sont égale­ment présentes.

Le con­cil­i­ab­ule est rapi­de : ces mères voilées ne devraient pas être là, il y a eu une erreur de la direc­trice. Tant pis pour les ate­liers, la délé­ga­tion s’en va. « La règle est claire, nous sommes sur le temps sco­laires, à l’in­térieur de l’é­cole, les signes religieux ne sont pas admis », jus­ti­fie Char­line Avenel, rec­trice de l’a­cadémie de Ver­sailles.

« Je com­prends que ce n’est pas facile pour la direc­trice de définir les sit­u­a­tions, pour­suit la rec­trice. Mais il existe une plate­forme laïc­ité au niveau nation­al et au niveau académique pour accom­pa­g­n­er les enseignants et les directeurs d’é­cole. On ne peut pas être résignés. Ce cas sera analysé… »

Autre article de Bellica

Un migrant afghan agresse sexuellement trois femmes dont une de 14 ans : la justice décide de ne pas l’expulser

Le tri­bunal cor­rec­tion­nel de Fontainebleau a jugé en com­paru­tion immé­di­ate le lun­di...
En savoir plus