Autodéfense : le Systema, un art martial qui vous veut du bien

Dans un milieu urbain tou­jours plus hos­tile, les femmes sont de plus en plus nom­breuses à vouloir assur­er leur pro­pre pro­tec­tion. Si cette aspi­ra­tion est légitime, force est de con­stater que beau­coup se diri­gent vers des pra­tiques qui ne répon­dent en rien à ce qu’elles recherchent, ou devraient rechercher, en terme d’efficacité pra­tique.
Il me sem­ble donc impor­tant de clar­i­fi­er cer­taines choses et de se défaire de l’idée selon laque­lle les femmes devraient faire de la self-défense (enten­du le plus sou­vent comme un sport, un moyen d’aller taper sur les copines avec des gants…).
J’ai choisi de par­tir de mon expéri­ence per­son­nelle dans le monde très large des arts mar­ti­aux, afin de vous expli­quer pourquoi, en tant que femme, la pra­tique du Sys­tema peut répon­dre dans l’immédiat à beau­coup de vos besoins réels actuels, mais égale­ment plus tard, à ceux que vous n’avez pas encore ver­bal­isés, plus pro­fonds.
Humil­ité et prag­ma­tisme 

La pre­mière ques­tion que vous devez vous pos­er est de savoir pour quelles raisons vous voulez appren­dre à vous défendre. Enten­dons-nous bien, se défendre dans la vraie vie, dans les trans­ports, au tra­vail, dans la rue, en soirée, c’est-à-dire dans un envi­ron­nement qui vous est plus ou moins fam­i­li­er, et dans lequel vous ren­con­tr­erez rarement des tatamis, des cein­tures noires et des kimonos. Trois ans de Taek­won­do, ça ne pèse pas lourd face à un agresseur de 100 kilos qui vous attaque par sur­prise. Ah oui, et à la fin vous ne gag­nez pas non plus de coupe ni de médailles.

Martial art
L’at­taque du cobra print­anier, a.k.a. le genre de trucs inutiles quand on vous agresse sur le quai du RER

Dans un cours de Sys­tema, vous êtes en jog­ging, en chaus­settes ou en chaus­sures, et vous tra­vaillez directe­ment avec les autres, avec le sol. Evidem­ment, les cours sont mixtes. Tous les niveaux sont mélangés et il n’y a aucun rit­uel de salu­ta­tion par­ti­c­uli­er, ni de com­péti­tion. Le fonc­tion­nement des cours se fait par thé­ma­tiques. L’in­struc­teur n’essaie pas de se faire plus asi­a­tique qu’il n’est (ou plus russe en l’occurrence !), il n’utilise pas de novlangue tech­ni­ciste pour vous mon­tr­er sa supéri­or­ité ou à quel point il serait vir­tu­ose dans sa pra­tique. Non, sou­vent les pra­ti­quants ont des par­cours divers et var­iés dans lesquels ils savent puis­er pour établir des passerelles.
Effi­cac­ité et tra­vail de fond : « Trou­vez son con­fort dans l’inconfort »

Le Sys­tema s’articule autour de principes clés : relax­ation, res­pi­ra­tion, mou­ve­ment, struc­ture. La struc­ture c’est vous, le point de départ de votre pra­tique c’est vous-même, votre corps, votre esprit (qual­ités, défauts, névros­es, peurs…). A par­tir de là, vous tra­vaillez en fonc­tion de vos pos­si­bil­ités, de vos apti­tudes, de vos blocages…vous passez des caps…vous enlevez des couch­es de mal-être qui vous inhibent et vous prenez con­fi­ance en vous. Le tra­vail est glob­al, tant sur la forme de corps que la forme d’esprit, vous acquérez une plas­tic­ité, une flu­id­ité, vous devenez plus relax, plus con­sciente de vous et de votre envi­ron­nement. Vous êtes plus forte, intérieure­ment surtout, car vous n’êtes plus sim­ple locataire de votre corps, vous y êtes enrac­inée.

Systema : les filles en pleine action
Sys­tema : les filles en pleine action

Comme il n’y a pas de tech­niques à appren­dre par cœur, type kata, vous apprenez con­stam­ment à vous adapter, vous développez votre créa­tiv­ité. Les seules lim­ites sont dans votre tête ( bon d’ac­cord il y a aus­si la physique, la grav­ité tout ça…!)

Con­clu­sion : viril­ité saine et bonus “san­té”

Mal­gré ses orig­ines slaves, et le fait que les forces spé­ciales russ­es y soient for­mées, le Sys­tema est tout sauf un art mar­tial vio­lent ou, comme on pour­rait dire vul­gaire­ment, “bour­rin” ( comme l’est selon moi, le Krav maga par exem­ple). Au con­traire, basé sur la res­pi­ra­tion, c’est la flu­id­ité du mou­ve­ment qui primera tou­jours sur les fior­i­t­ures tech­niques inef­fi­caces et par­fois folk­loriques que nous présen­tent cer­taines autres pra­tiques. C’est très beau, mais ça ne sert à rien. Votre instruc­teur de Sys­tema vous dira tou­jours de suiv­re votre instinct et de fuir si vous le pou­vez, quoi que puisse vous en dire votre Ego. Alors oui, il y aura tou­jours une majorité d’hommes dans les cours, comme il y aura tou­jours une majorité de femmes dans les cours de danse de cou­ple. Mais juste­ment, soyez l’ex­cep­tion. Les pra­ti­quants ont un bon men­tal, il existe une viril­ité pos­i­tive, saine, per­son­ne ne vient y chercher les hon­neurs, puisque ça n’est pas un sport de com­péti­tion. Enfin, la res­pi­ra­tion, les mas­sages, la relax­ation font par­tis inté­grante de la pra­tique. Vous tra­vaillez l’ex­térieur et l’in­térieur.

Allez-donc vous faire un peu mal pour vous faire du bien et (re)prendre con­fi­ance en vous !

Pour sauter le pas :

A Paris : Sys­tema France
A Lyon : Sys­tema Lyon
Infor­ma­tions générales : Glob­al Sys­tema 

Autre article de Anne Sophie La Gauffrette

Les 6 bonnes raisons de revoir les classiques du cinéma

Quand on redé­cou­vre des clas­siques du ciné­ma, on se demande presque com­ment...
En savoir plus