Eric Zemmour accusé d’agression sexuelle par Gaëlle Lenfant il y a une quinzaine d’années

Gaëlle Lenfant, conseillère municipale à Aix-en-Provence, bibliothécaire et féministe, a publié samedi un texte dans lequel elle accuse le journaliste conservateur Eric Zemmour de l’avoir “attrapée par le cou” et “embrassée de force” il y a une quinzaine d’années, lors d’une université d’été du PS à la Rochelle. Les soutiens d’Eric Zemmour hurlent à l’accusation mensongère, alors que l’accusé lui-même fait publiquement l’apologie des agressions sexuelles depuis des années. Sur sa page Facebook, Gaëlle Lenfant a publié le communiqué suivant :

“#balancetonporc
Au moment où Zemmour s’affiche, à Aix, en haut d’un échafaudage, en grand, en très grand, et appelle à ce qu’on vote pour en faire le Président de notre République (On a vraiment le droit d’élire un type condamné pour injure et provocation à la haine ? Vraiment ?) Au moment, donc, où j’ai découvert avec stupeur et dégoût cet affichage, me demandant comment il avait trouvé les autorisations, qui était propriétaire de cet échafaudage, si la ville avait donné son consentement, en ce même moment me revenait cet instant de ma vie dégoûtant, qui, chaque fois que j’y repense (et j’y repense…) me rend nauséeuse, de colère et de honte, parce que même en raisonnant, je ne peux me dépouiller de cette honte ancestrale, celle que chaque femme agressée qui me lira comprendra. C’était, je crois, en 2004. J’étais alors jeune militante du PS, et je participais à notre Université d’été annuelle, à La Rochelle. La veille, nous avions dîné à 5 dans un petit resto, près du port. Il y avait là Mélenchon, Bartolone, un militant PS des BDR, moi, et… ce journaliste du Figaro dont je n’avais jamais entendu parler, Eric Zemmour. La soirée se passe bien, il ne se passe RIEN, rien d’autres que des conversations polies avec Zemmour. Le lendemain matin, je participe à un atelier animé par Jean-Luc Mélenchon (qui était alors au PS et avait fondé le courant auquel je participais). Je m’assois, et environ une demi heure plus tard, Zemmour arrive. S’assoit sur la chaise devant moi. Me reconnait, me dit bonjour et me demande ce qu’il a raté. Je lui résume l’intervention. L’atelier se termine, je me lève, il se lève aussi. M’attrape par le cou. Me dit “cette robe te va très bien tu sais ?”.
Et m’embrasse. De force. Je me suis trouvée tellement sidérée que je n’ai rien pu faire d’autre que le repousser et m’enfuir en courant. Trembler. Pleurer. Me demander ce que j’avais bien pu faire.
Qu’avais-je donc pu faire ? A un type qui a écrit “« comment les femmes sont-elles entrées à l’Assemblée nationale et au Sénat ? Par des lois de parité qui ont obligé les gens à les mettre sur des listes. Et je ne vous dirai pas comment on les a mises là… On a mis les amies, les femmes, les maîtresses, etc. » ?
Je n’avais rien fait, rien dit, rien montré, rien voulu. Je n’étais bien sûr pour rien là dedans. J’étais juste une chose dont celui qui se définit lui même comme “prédateur sexuel violent” avait eu envie, et quand on a envie, dans son monde, on se sert. Il s’est servi. C’est tout.
C’est tout.
Il s’est servi.
C’était il y a des années, mais le dégoût ne s’en va pas. Et maintenant je dois subir sa campagne éhontée dans ma ville ? Dites, rassurez-moi, l’affiche de ce #porc ne va pas rester là ? Pas comme mon dégoût, rassurez moi…
Mises à jour 26/04/2021 17h20 :
1/ L’affiche a été retirée dès samedi soir. Ouf ! Le propriétaire et la ville n’y sont pour rien, ce sont des personnes qui se s’étaient introduites sans autorisation sur le chantier qui avaient affiché.
2/ Après recoupements, notamment avec des personnes qui étaient au courant de mon histoire (non je ne viens pas de l’inventer) il semble que ce se soit déroulé plutôt en 2006. Vous me direz que ça ne change pas grand chose à l’affaire, mais vue l’ampleur que prend cette histoire, je préfère préciser autant que possible.
3/ Vos très nombreux messages de soutien, ici ou ailleurs, me sont précieux. Merci. Vraiment.”

Codes culturels chrétiens conservateurs français ?

Sur les réseaux sociaux, les messages de conservateurs fusent, accusant Gaëlle Lenfant d’avoir menti dans le but de nuire à Eric Zemmour. Pourtant, les faits allégués par Gaëlle Lenfant correspondent en tous points à la vision des rapports hommes-femmes défendue par Eric Zemmour depuis des décennies dans les médias et dans ses livres. En 2014, dans son livre Le Suicide français, Eric Zemmour célébrait avec gourmandise l’époque d’avant le féminisme, où  « un jeune chauffeur de bus » pouvait « glisser une main concupiscente sur un charmant fessier féminin » sans que « la jeune femme porte plainte pour harcèlement sexuel ». Dans les milieux chrétiens conservateurs, il n’est pas rare que des agressions sexuelles soient glamourisées et présentées comme une expression de la “gauloiserie“. Le fait de dénoncer un viol, une agression sexuelle ou un harcèlement sexuel est dépeint comme une forme “d’américanisation de la société française“.

Bref, au vu des codes culturels des milieux conservateurs français, qui tiennent les agressions sexuelles pour une tradition christo-gauloise à chérir et les dénonciatrices des agresseurs pour des envahisseuses américaines, les accusations de Gaëlle Lenfant apparaissent d’une extrême crédibilité. Au vu de l’insistance avec laquelle Eric Zemmour a célébré les violences sexuelles au cours de sa carrière, la défense du journaliste s’annonce compliquée.

Commentaires

  1. En 2014, dans son livre Le Suicide français , Eric Zemmour célébrait avec gourmandise l’époque d’avant le féminisme, où « un jeune chauffeur de bus » pouvait « glisser une main concupiscente sur un charmant fessier féminin » sans que « la jeune femme porte plainte pour harcèlement sexuel ».

    C'est vraiment glauque... le mec va jusqu'à défendre les agressions sexuelles, avec le verbe "glisser" qui évoque la main qui glisse sous les vêtements d'une "jeune femme" (pour ne pas dire adolescente). Sacré projet de société arriérée que celle où les chauffeurs de bus ont le droit de tripoter le cul de tes gosses... c'est donc ça "remettre le christianisme au centre de la société", c'est investir les chauffeurs de bus de la prérogative d'abuser sexuellement les jeunes filles pour perpétrer la culture du viol chrétienne, wow.

  2. Quand il y a une affaire d'agression sexuelle à gauche : "Tout le monde savait mais personne n'a rien dit"

    Quand il y a une affaire d'agression sexuelle chez les conservateurs : "Personne n'a vu le problème"

Poursuivre la discussion sur forum.albanova.org