“Les femmes sont petites car les hommes les ont privées de nourriture” : fake news !

“Les femmes sont plus petites que les hommes car elles ont été privées de viande depuis la nuit des temps”, titrait L’Obs il y a quelques jours. Une part crois­sante des médias français se fait l’é­cho d’une théorie exci­tante élaborée par une anthro­po­logue sans for­ma­tion en biolo­gie, Priscille Touraille, selon laque­lle la dif­férence de taille et de vol­ume mus­cu­laire entre hommes et femmes viendrait d’une pri­va­tion ali­men­taire orchestrée par les hommes depuis la nuit des temps sur l’ensem­ble du globe ter­restre. En douze ans d’ex­is­tence, cette théorie n’a été appuyée par aucun spé­cial­iste en biolo­gie évo­lu­tive. Si cette fake news prospère, c’est grâce à l’in­cul­ture du grand pub­lic ‑jour­nal­istes inclus- en matière de biolo­gie évo­lu­tive et parce qu’elle flat­te nos pul­sions com­plo­tistes. Seri­ons-nous, femmes, si frag­iles, si irra­tionnelles, qu’il faille nous épargn­er les rigueurs d’un dis­cours authen­tique­ment sci­en­tifique en nous offrant à la place le doux cocon d’une sci­ence de niveau infan­tile ? Et si nous assis­tions à l’avène­ment d’un fémin­isme obscu­ran­tiste ?

Mystification scientifique, unanimité médiatique

La théorie présen­tée par Priscille Touraille dans sa thèse de 2005 puis dans son livre Hommes grands, femmes petites (2008) repose sur un nom­bre préoc­cu­pant de sophismes, com­porte de nom­breuses failles logiques, s’ap­puie sur une présen­ta­tion tron­quée des mécan­ismes de la sélec­tion naturelle et est faible­ment étayée sur le plan factuel.

Comme le remar­que la jour­nal­iste sci­en­tifique Peg­gy Sas­tre, en douze années, Priscille Touraille (doc­teur en anthro­polo­gie sociale et non physique) n’a jamais pub­lié d’ar­ti­cle en peer-reviewed sur sa théorie du dimor­phisme sex­uel. Autrement dit, elle refuse de se pli­er à une procé­dure élé­men­taire du débat sci­en­tifique : soumet­tre son tra­vail à l’ex­a­m­en d’un comité de lec­ture d’une revue sci­en­tifique, com­posé de chercheurs recon­nus dans le domaine étudié. La qua­trième de cou­ver­ture du livre de Touraille pro­pose de “renou­vel­er” une “inves­ti­ga­tion remar­quable­ment gelée depuis le XIXe siè­cle”. À quoi bon débat­tre de cette thèse révo­lu­tion­naire avec d’autres sci­en­tifiques, puisque ceux-ci ne seraient que des dinosaures arque-boutés sur des thès­es d’un autre âge ?

On com­prend aisé­ment les craintes de l’au­teure : lorsque des sci­en­tifiques qual­i­fiés en matière de biolo­gie évo­lu­tive et de géné­tique s’ex­pri­ment sur la thèse du dimor­phisme sex­uel cul­turelle­ment induit, ils la démon­tent inté­grale­ment, comme dans ce magis­tral arti­cle du biol­o­giste Jer­ry Coyne.

Le tra­vail de Priscille Touraille porte le sceau pres­tigieux du CNRS mais seul le volet cul­turel de sa thèse a pu être éval­ué. La seule chose qui ait pu être validée dans sa thèse, c’est qu’il existe quelques tribus africaines et asi­a­tiques dans lesquelles la sous-ali­men­ta­tion des femmes est prob­a­ble­ment en par­tie cul­turelle­ment insti­tuée, et que quelques sources par­cel­laires, extrapolées et sor­ties de leur con­texte, peu­vent laiss­er sup­pos­er que peut-être, un jour, quelque part en occi­dent, cette pra­tique ait pu avoir lieu.

Pas­sons sur les tours de passe-passe per­me­t­tant à Touraille de tiss­er ses amal­games ethno­graphiques. Le prob­lème prin­ci­pal reste entier. Priscille Touraille entend prou­ver que le dimor­phisme de taille entre hommes et femmes est “l’indice de sélec­tions non naturelles con­sti­tuées par une entre­prise de caté­gori­sa­tion sociale mil­lé­naire : le genre”. Le cœur de sa démon­stra­tion relève pure­ment de la biolo­gie. Sa théorie ne tient que si elle arrive à prou­ver que la dif­férence de taille n’est pas naturelle.

Or, la thèse a été dirigée par l’eth­no­logue Françoise Héri­ti­er et le livre a été pré­facé par l’his­to­rien Dominique Pestre, qui ont tous deux en com­mun de n’avoir jamais pub­lié quoi que ce soit dans le domaine de la biolo­gie évo­lu­tive. Nulle trace de biol­o­gistes non plus dans les jurys qui lui ont décerné le Prix de la Ville de Paris et le Prix Le Monde de la recherche uni­ver­si­taire en 2007.

Dans un arti­cle de 2015 cosigné avec trois autres auteurs, Priscille Touraille évoque sa théorie du dimor­phisme sex­uel non plus comme une “hypothèse”, mais comme une vérité établie. “L’idée (…) selon laque­lle les hommes doivent manger plus de pro­téines que les femmes” est “fausse du point de vue des théories récentes des sci­ences de la nutri­tion”, affirme-t-elle. Quelle référence cite-t-elle pour étay­er son pro­pos ? Sa pro­pre thèse, validée par aucun spé­cial­iste des “sci­ences de la nutri­tion” ni aucun biol­o­giste. On frise le can­u­lar. C’est à se deman­der si Jean-Bap­tiste Bot­ul n’a pas présidé le jury de thèse.

En somme, cette thèse mul­ti­mé­dail­lée n’a pas de valid­ité sci­en­tifique. Ou du moins, pas beau­coup plus qu’une thèse de biochimie encen­sée par un jury d’his­to­riens de la lit­téra­ture slave.

[Mise à jour : Priscille Touraille a pub­lié en 2008 une présen­ta­tion de sa thèse du dimor­phisme, co-signée avec un authen­tique spé­cial­iste de la biolo­gie évo­lu­tive, Pierre-Hen­ri Gouy­on. Mais ce texte a un statut de pré-pub­li­ca­tion, rai­son pour laque­lle il ne fig­ure pas dans la liste des “arti­cles dans revues à comités de lec­ture” mise à jour en avril 2017]

Pour­tant, la théorie de Touraille est reprise sans remise en ques­tion par Nora Bouaz­zouni dans son récent ouvrage Fai­min­isme, quand le sex­isme passe à table, qui jouit en ce moment de relais médi­a­tiques aus­si nom­breux que com­plaisants. Mal­gré son évi­dente faib­lesse sci­en­tifique, d’im­por­tants médias français publics ou sub­ven­tion­nés (Le Monde, France Inter, La CroixRFI, Arte, Les Inrocks, Le Parisien et L’Obs) la relayent à toutes les sauces sans y apporter la moin­dre con­tra­dic­tion, sans inter­roger d’autres spé­cial­istes, quand ils ne la présen­tent pas car­ré­ment sous l’aspect d’un fait établi, comme dans Libéra­tion ou dans cette récente vidéo de Fran­ce­in­fo qui compt­abilise 403 000 vues en qua­tre jours. On peut dis­cuter de la part de naïveté, de paresse intel­lectuelle ou d’in­cul­ture sci­en­tifique qui explique cette una­nim­ité médi­a­tique, mais ce qui est cer­tain, ce que nous avons affaire à une fake news, une vraie.

“Chez les mammifères, la femelle est souvent plus grande que le mâle” : faux

C’est l’ar­gu­ment qui revient tou­jours en pre­mier. C’est aus­si le plus grossière­ment faux. “Sou­vent chez les mam­mifères on voit que la femelle est plus grande, plus grosse, que le mâle !”, assène Nora Bouaz­zouni en ouver­ture de sa vidéo de présen­ta­tion de son livre (elle s’est depuis défendue en accu­sant “le mon­tage”). “Chez le plus grand ani­mal vivant sur terre, la baleine bleue, la femelle dépasse tou­jours le mâle !”, s’en­t­hou­si­as­ment France Inter et Arte. Dans le règne ani­mal, le mâle est majori­taire­ment plus petit que la femelle, mais chez les mam­mifères, c’est le mâle qui est plus grand que la femelle dans l’écras­ante majorité des cas. Les dimor­phismes invers­es (baleine bleue, hyène tachetée…) sont des excep­tions rares. Dans la famille des pri­mates, à laque­lle appar­ti­en­nent l’homme et son proche cousin le chim­panzé, le mâle est tou­jours plus grand et plus gros que la femelle.

L’ex­em­ple de la baleine bleue est séduisant (le roi des ani­maux est en fait une reine !) mais c’est un sophisme de la général­i­sa­tion abu­sive. Les cétacés sont une excep­tion par­mi les mam­mifères, et même par­mi les cétacés, de nom­breuses espèces présen­tent un mâle plus gros que la femelle (comme chez la baleine blanche, l’orque, le nar­val, le cachalot, et plusieurs espèces de dauphin).

“Nous avons été privées de nourriture, et ce, depuis la nuit des temps” : faille logique

Dans son livre, Priscille Touraille imag­ine une société humaine orig­inelle “dans laque­lle les hommes seraient en majorité plus petits que les femmes” (ou de même taille). La petite taille et les petits mus­cles des femmes seraient l’aboutisse­ment d’un long proces­sus de pri­va­tion de nour­ri­t­ure orchestré par les hommes. Or, com­ment dia­ble les hommes auraient-ils pu nous empêch­er de manger à notre faim, si ce n’est en nous dom­i­nant physique­ment ? Dans la qua­si-total­ité des sociétés humaines présentes et passées, ce sont les femmes qui pré­par­ent la nour­ri­t­ure du quo­ti­di­en. Il faut que nos aïeules préhis­toriques aient été bien bêtes pour se laiss­er dépouiller par une bande de nains à pénis.

Ou alors, on peut priv­ilégi­er l’hy­pothèse la plus prob­a­ble et la plus con­sen­suelle, selon laque­lle les femmes man­gent moins que les hommes car leurs besoins caloriques sont moin­dres que ceux des hommes. Quand elles sont enceintes, leurs besoins aug­mentent, donc elles doivent manger beau­coup plus.

D’ailleurs, de quoi les femmes ont-elles man­qué au fil des mil­lé­naires à cause des hommes ? On ne sait pas trop. Entre Priscille Touraille, Nora Bouaz­zouni et Françoise Héri­ti­er, les ver­sions vari­ent d’une inter­view ou pub­li­ca­tion à l’autre. Tan­tôt ce sont les carences en fer, tan­tôt celles en pro­téines, tan­tôt celles en graisse qui sont sont respon­s­able de la diminu­tion arti­fi­cielle du corps féminin. Tan­tôt c’est la taille, tan­tôt c’est la force, tan­tôt c’est la masse mus­cu­laire, tan­tôt c’est l’os­sa­t­ure qui cristallisent les débats. Boarf, nous ne sommes plus à ça près.

De Françoise Héri­ti­er à Nora Bouaz­zouni en pas­sant par Priscille Touraille, tous les exem­ples de sociétés mis en avant mon­trent des femmes subis­sant un con­trôle ali­men­taire rapetis­sant. Elles insis­tent toutes trois sur l’u­ni­ver­sal­ité de ce phénomène et sur le fait que la petitesse des femmes est un désa­van­tage évo­lu­tion­nel. Si l’on va au bout de leur argu­ment, soit 100% des sociétés humaines ont de tous temps affamé les femmes (coor­di­na­tion télé­pathique remar­quable !), soit cer­taines sociétés ont procédé autrement mais on n’en a retrou­vé aucune trace. Autrement dit, les petites femmes mal nour­ries des sociétés iné­gal­i­taires peu­pleraient le monde tan­dis que les grandes femmes bien nour­ries des sociétés égal­i­taires auraient été lam­inées par l’évo­lu­tion. Aïe.

Pour Touraille, le dimor­phisme homme-femme est le fruit de “sélec­tions non-naturelles”. Mais la dis­tinc­tion naturel/ non-naturel a‑t-elle une per­ti­nence sur le plan évo­lu­tion­nel ? Non. Le cerveau fait par­tie de la nature, et les arti­fices qu’il pro­duit aus­si. Les trans­ac­tions sex­uelles de bono­bos, la cui­sine humaine, les rap­ports de dom­i­na­tions entre hommes et femmes, l’a­gri­cul­ture, la peur chez les Agni N’Den­ian de Côte d’Ivoire que la con­som­ma­tion de patates par la femme enceinte ne provoque l’é­tran­gle­ment du bébé par le cor­don, tout cela relève de l’adap­ta­tion (réussie ou non) à des con­traintes naturelles grâce à un organe, le cerveau.

“La grande taille diminue la mortalité en couches, donc nous aurions dû être plus grandes si les hommes ne nous avaient pas affamées” : la théorie de l’évolution charcutée

L’ar­gu­ment sci­en­tifique cen­tral de Priscille Touraille, c’est que si les hommes avaient lais­sé les femmes manger assez, l’évo­lu­tion aurait favor­able­ment sélec­tion­né les femmes grandes. La preuve, selon elle ? Plusieurs études mon­trent que la mor­tal­ité en couch­es est plus fréquente chez les femmes petites que chez les femmes grandes. Être petite implique un bassin plus petit, ce qui peut gên­er le pas­sage de la tête du bébé (dys­to­cie osseuse) et ren­dre l’ac­couche­ment mor­tel pour la mère ou l’en­fant.

Mais la petite taille est aus­si un avan­tage : un petit corps est moins coû­teux à entretenir sur le plan énergé­tique qu’un grand corps. En cas de pénurie ali­men­taire, les petites per­son­nes sur­vivent davan­tage. La grossesse et l’al­laite­ment étant extrême­ment éner­gi­vores, la capac­ité de résis­tance aux famines est plus cru­ciale pour les femmes que pour les hommes. Être peu mus­clée est égale­ment un avan­tage pour résis­ter à une famine. Le mus­cle con­somme de l’én­ergie même au repos. Au fil des mil­lé­naires, l’évo­lu­tion a priv­ilégié les femmes petites stock­ant facile­ment la graisse plutôt que les femmes grandes pro­duisant plus facile­ment du mus­cle que des réserves de graisse. Le pre­mier type de femmes a davan­tage survécu et a davan­tage été recher­ché par les hommes.

Les femmes, de leur côté, ont prob­a­ble­ment sélec­tion­né leurs parte­naires sex­uels mas­culins sur leur capac­ité à leur fournir de la nour­ri­t­ure et à les pro­téger des pré­da­teurs, ce dont la taille et la masse mus­cu­laire sont d’assez bons indi­ca­teurs. Toute la pre­mière par­tie de la thèse de Touraille vise à bat­tre en brèche cette hypothèse. Elle s’ap­puie pour cela sur une étude de 1975 mon­trant qu’en Afrique et Nou­velle Guinée où la polyg­a­mie est répan­due, le dimor­phisme sex­uel est moin­dre qu’en Europe où le mod­èle monogame domine. D’après elle, la com­péti­tion entre mâles étant plus âpre dans les sociétés polygames, l’é­tude de ces sociétés per­met d’isol­er le poids de la com­péti­tion sex­uelle dans l’évo­lu­tion d’un groupe don­né. C’est oubli­er que le mariage polygame eut cours pen­dant longtemps en Europe (chez les Vikings par exem­ple) et qu’il n’est pas un indi­ca­teur suff­isant de com­péti­tion sex­uelle au sein d’une société. Le cli­mat, les guer­res, l’esclavage, la général­i­sa­tion de la pro­créa­tion hors-mariage ou encore la divi­sion sex­uelle du tra­vail peu­vent accroître forte­ment la com­péti­tion entre mâles.

En matière de mor­tal­ité en couch­es, la taille du bassin est loin d’être le seul fac­teur de risque. En écrivant cet arti­cle, j’ai inter­rogé plusieurs sages-femmes sur le sujet. Tous ont été caté­goriques : la petite taille d’une femme enceinte ne con­stitue jamais à elle seule un indi­ca­teur de grossesse à risque. La taille de la tête du bébé joue un rôle impor­tant, de même que la forme du bassin de la mère.

Bref, on ne peut com­pren­dre l’évo­lu­tion du corps féminin si l’on présente un trait (ici, la grande taille) comme un avan­tage absolu. Pour repren­dre la for­mu­la­tion de Peg­gy Sas­tre au sujet du dilemme obstétrique, “l’ac­couche­ment se situe au car­refour de mul­ti­ples pres­sions sélec­tives, bien sou­vent con­tra­dic­toires, entre la mère et son enfant”. Une grosse tête accroît les risques pour la mère, mais glob­ale­ment, l’aug­men­ta­tion du vol­ume de la boite crâni­enne a joué en faveur de l’e­spèce humaine. Être petite peut accroître la mor­tal­ité en couch­es, mais dimin­ue les chances de mourir si l’on est enceinte ou allai­tante en péri­ode de dis­ette.

Autopsie d’une fake news

Les jour­nal­istes de Fran­ce­in­fo, Libéra­tion, Le Monde, L’Obs, Le Parisien, France Inter seraient-ils tous de mèche pour nous abuser ? Le plus prob­a­ble est qu’ils aient réelle­ment cru bien faire et nous livr­er une infor­ma­tion fiable. Alors, com­ment une thèse aus­si out­rageuse­ment non-sci­en­tifique a‑t-elle pu accéder au rang de mar­ronnier de la presse française ? La mon­tée en may­on­naise de la fake news s’explique par plusieurs fac­teurs : une incul­ture sci­en­tifique glob­ale pous­sant à croire sans enquêter n’importe quelle pub­li­ca­tion d’apparence sérieuse, une quête jour­nal­is­tique d’évangélisation SJW exac­er­bée par un con­texte de guerre de l’information sur les réseaux soci­aux et une fanati­sa­tion des fémin­istes par les études de genre.

Vous vous sou­venez de cette his­toire de baleine bleue ? Ni dans le doc­u­men­taire d’Arte, ni dans aucun des arti­cles, chroniques et vidéos relayant la thèse de Touraille, il n’est rap­pelé que les femelles sont plus petites chez la plu­part des mam­mifères et chez tous les pri­mates. Jamais. Cette infor­ma­tion se véri­fie pour­tant en moins de 2 min­utes sur Wikipedia si l’on n’est pas capa­ble de lire un arti­cle sci­en­tifique.

Ironie de l’his­toire : la plu­part des médias qui ont par­ticipé à la prop­a­ga­tion de la fake news sur la taille des femmes sur les réseaux soci­aux à grands coups de titres racoleurs sont ceux qui s’indig­nent du développe­ment des fake news et s’in­quiè­tent de notre entrée dans l’ère post-vérité. France Inter s’in­ter­roge sur les moyens de “com­bat­tre les fake news”, Fran­ce­in­fo, de même que L’Obs, nous alerte sur “les rav­ages” des fake news, “jamais véri­fiées, sou­vent gob­ées”, Le Monde a lancé Décodex, out­il dédié à “dénich­er les rumeurs, exagéra­tions ou défor­ma­tions”.

De même que n’im­porte qui peut taper “taille pri­mates mâles femelles” sur Google, n’im­porte qui peut véri­fi­er le CV de Priscille Touraille et Nora Bouaz­zouni pour con­stater qu’elles n’ont aucune qual­i­fi­ca­tion en biolo­gie. La déon­tolo­gie jour­nal­is­tique impose de crois­er un min­i­mum ses sources, ce qui per­met, par exem­ple, de voir que telle théorie de la biolo­gie humaine n’est approu­vée par aucun biol­o­giste sérieux sur terre.

Sauf que la thèse de Touraille porte un estampil­lage sci­en­tifique. Elle a soutenu sa thèse au CNRS et a été encen­sée par sa direc­trice de thèse Françoise Héri­ti­er, direc­trice d’é­tudes à l’E­HESS et suc­cesseur de Claude Lévi-Strauss au Col­lège de France. La crème de la crème. Elle a reçu deux prix, sou­venez-vous ! Sauf que le Prix Le Monde de la recherche uni­ver­si­taire “val­orise des travaux de thèse de chercheurs fran­coph­o­nes, sus­cep­ti­bles d’influencer notre envi­ron­nement sci­en­tifique, économique et social”. Pas les travaux les plus valides. Quant au Prix de la Ville de Paris pour les études de genre, il vise à “pro­mou­voir les poli­tiques d’égalité et con­tribuer à la dif­fu­sion des con­nais­sances sur ces sujets”, pas à faire avancer la sci­ence, et encore moins la biolo­gie humaine. Ce sont les bonnes inten­tions qui sont récom­pen­sées, pas la qual­ité objec­tive des pro­duc­tions sci­en­tifiques. Si les jour­nal­istes ont relayé avec un tel ent­hou­si­asme la thèse du dimor­phisme sex­uel cul­turelle­ment induit, c’est en grande par­tie parce que cer­taines insti­tu­tions de la recherche sci­en­tifique française ont ten­dance à com­mu­ni­quer de manière floue ou lacu­naire.

Deux­ième étape de la mys­ti­fi­ca­tion sci­en­tifique : la dif­fu­sion par Arte en 2013 d’un doc­u­men­taire réal­isé par Véronique Klein­er, des­tiné à présen­ter la théorie de Touraille. Ce qui est remar­quable, c’est que par­mi les divers experts en biolo­gie, paléoan­thro­polo­gie et endocrinolo­gie inter­rogés, aucun ne valide vrai­ment cette thèse. Les sci­en­tifiques répon­dent à des ques­tion générales sur le dimor­phisme sex­uel et des extraits de leurs répons­es jalon­nent le film. La magie du mon­tage crée un trompe l’œil de col­lé­gial­ité sci­en­tifique, le tout placé sous le haut patron­age de Françoise Héri­ti­er, à qui la parole est abon­dam­ment don­née. Cerise sur le gâteau : la voix-off est assurée par l’hu­moriste fémin­iste Sophia Aram.

Enfin, ce qui a action­né la pompe à clics auprès du grand pub­lic, c’est que tous les ingré­di­ents d’une bonne théorie du com­plot sont réu­nis : défi­ance envers la com­mu­nauté sci­en­tifique, rhé­torique de la révéla­tion (“une théorie révo­lu­tion­naire”), rejet sans exa­m­en sérieux des hypothès­es les plus solides au prof­it d’une argu­men­ta­tion alam­biquée, sub­jec­tiv­ité déguisée en objec­tiv­ité, mise en avant des “preuves” les plus séduisantes même si elles sont les plus fauss­es, accu­sa­tions sim­plistes visant à point­er du doigt un groupe de per­son­nes tirant les ficelles à tra­vers les con­ti­nents et les siè­cles pour nuire à un autre groupe de per­son­nes, recours à des stéréo­types grossiers (l’homme puis­sant et malveil­lant qui opprime la gen­tille femme n’aspi­rant qu’à bâtir une société juste, veg­an et sans gluten), usage fla­grant de cette théorie pour gal­vanis­er un groupe poli­tique pré­cis (les fémin­istes).

La respon­s­abil­ité indi­vidu­elle de Françoise Héri­ti­er n’est pas à nég­liger. Dans son inter­view-tes­ta­ment de novem­bre accordée au jour­nal Le Monde, elle témoignait avec une fer­veur qua­si-religieuse de sa foi en la thèse de son étu­di­ante :

“Même cette dys­mor­phie [sic] a été con­stru­ite ! [Priscille Touraille] a tra­vail­lé sur ce sujet et elle mon­tre que toute l’évolution con­sciente et voulue de l’humanité a tra­vail­lé à une diminu­tion de la prestance du corps féminin par rap­port au mas­culin. Depuis la préhis­toire, les hommes se sont réservés les pro­téines, la viande, les graiss­es, tout ce qui était néces­saire pour fab­ri­quer les os. Alors que les femmes rece­vaient les fécu­lents et les bouil­lies qui don­naient les ron­deurs. C’est cette dis­cor­dance dans l’alimentation – encore observée dans la plus grande par­tie de l’humanité – qui a abouti, au fil des mil­lé­naires, à une diminu­tion de la taille des femmes tan­dis que celle des hommes aug­men­tait. Encore une dif­férence qui passe pour naturelle alors qu’elle est cul­turelle­ment acquise.”

Pas­sons sur le lap­sus de Françoise Héri­ti­er, qui con­fond dimor­phisme sex­uel (dif­férence hommes-femmes) et dys­mor­phie (anom­alie de la forme d’un organe — nos corps de femmes perçus comme des anom­alies). Ce qui est sidérant, c’est son absence totale de dis­tance et de nuance cri­tique. Intel­lectuelle chevron­née, Françoise Héri­ti­er com­met sans sour­ciller une grave erreur logique : de l’ex­is­tence d’une con­struc­tion sociale, elle infère l’inex­is­tence d’un phénomène naturel. Ce qui importe, quitte à en pass­er par un raison­nement cir­cu­laire, c’est de martel­er que la dif­férence la plus évi­dente entre hommes et femmes — la dif­férence physique — n’est pas du tout naturelle. Le fan­tasme de la page blanche est ici pal­pa­ble : Héri­ti­er voit les corps comme des pages blanch­es que le patri­ar­cat aurait mac­ulées d’a­troc­ités iné­gal­i­taires. Peu importe que la démon­stra­tion de Touraille ne tienne pas debout ni ne soit sci­en­tifique­ment valide. Il faut la soutenir, la présen­ter pour vraie, parce que les inten­tions de Tourailles sont bonnes, vont dans le sens de la doxa fémin­iste. Ce qui compte, c’est que Touraille nous dise ce que nous voulons enten­dre, à savoir que nos faib­less­es physiques sont des injus­tices con­stru­ites de toutes pièces par les hommes. En cela, le buzz Touraille est un grand moment d’ob­scu­ran­tisme fémin­iste : on promeut une sous-sci­ence parce qu’elle est con­forme à notre foi poli­tique et l’on dis­qual­i­fie des travaux sci­en­tifiques solides pour leur non-con­for­mité au dogme de la con­struc­tion sociale toute-puis­sante. Quitte à en pass­er par une opéra­tion de blanchi­ment académique con­sis­tant à faire valid­er une théorie d’an­thro­polo­gie physique par des experts de l’an­thro­polo­gie sociale.

Dis­tribuer des médailles et offrir une pub­lic­ité médi­a­tique énorme à des travaux sci­en­tifiques de mau­vaise qual­ité, au nom du fémin­isme, ce n’est pas ren­dre ser­vice aux femmes. Quoi de plus infan­til­isant pour une femme sci­en­tifique que d’être récom­pen­sée pour ses bonnes inten­tions plutôt que pour la qual­ité de son argu­men­ta­tion ?

 

 

Autre article de Solveig Mineo

Pour la première fois, l’égérie shampoings de L’Oréal est une femme voilée. Personne ne verra ses cheveux.

2018 sonne-t-il le glas de la célèbre séquence jeté-de-crinière-soyeuse-au-ralen­ti, “L’Oréal, parce que...
En savoir plus