La vidéo virale d’une féministe aspergeant des hommes de javel était en fait un coup monté

Dans le métro de Saint Pétersbourg, une jeune femme se dirige vers un homme assis sur un siège et l’asperge de javel diluée dans de l’eau. La scène se répète plusieurs fois et vise à chaque fois des hommes assis dans leur coin, qui ne dérangent personne. Cette vidéo est censée montrer l’action radicale d’une féministe extrémiste en lutte contre le “manspreading”, cette habitude masculine consistant à écarter trop largement les jambes dans les lieux publics. Elle comptabilise plusieurs dizaines de millions de vue sur la toile, si l’on additionne tous les médias, blogs et comptes divers l’ayant relayée pour pointer du doigt le féminisme extrémiste. Sauf qu’en réalité, les hommes aspergés de “javel” ont été payés pour jouer le rôle de victime.

La vidéo est devenue virale lorsqu’elle a été postée sur la chaîne digitale In The Now, filiale anglophone de la chaîne Russia Today, financée par le gouvernement russe. In The Now est une sorte d’équivalent russe d’AJ+, filiale anglophone et francophone de la chaîne qatarie Al Jazeera. Dans les deux cas, il s’agit de chaînes liées à des régimes autoritaires diffusant des vidéos virales à destination des jeunes occidentaux. Ces chaînes permettent de diffuser indirectement un message politique en utilisant les codes et les thèmes du nouveau public-cible occidental.

Intitulée “COMBATTRE LE MANSPREADING … A LA JAVEL !”, la vidéo a réalisé 6,4 millions de vues via In The Now. La vidéo a également fait 2,6 millions de vues sur le Facebook de BFM TV.

 

Elle asperge l'entrejambe des hommes pour punir le manspreading en Russie

Elle asperge l'entrejambe des hommes pour punir le manspreading en Russie

Publiée par BFMTV sur Mercredi 26 septembre 2018

 

Le magazine en ligne saint-pétersbourgeois Bumaga a retrouvé Stanislav Kurin, l’un des hommes attaqués à la Javel dans la vidéo, et l’a interrogé : il déclare avoir été payé pour jouer un rôle de victime dans la vidéo et précise même avoir utilisé un pantalon de rechange pour tourner la scène deux fois.

Autre élément troublant : le profil d’Anna Dovgalyuk, la militante à l’origine de la vidéo. Celle-ci nie toute mise en scène et clame avoir réalisé cette vidéo “pour les droits des femmes”, mais dans le même temps, elle refuse de se définir comme féministe et en mars dernier, elle a publiquement affiché son soutien à Vladimir Poutine. Anna Dovgalyuk est également proche du fondateur de l’agence de production de vidéos virales My Duck’s Vision, Yury Degtyarev. L’agence en question avait diffusé son précédent happening en octobre 2017, inspiré des Femen.

Enfin, le média russe Sputnik s’étonne que la police de Saint-Pétersbourg n’ait reçu aucun signalement.

Autre article de Solveig Mineo

Conseils de maquillage pour femmes battues sur la TV publique marocaine

« Le vert est utilisé à l’aide d’un pinceau pour camoufler la...
En savoir plus