“L’Eglise catholique a payé l’appartement d’Oseghale “, le migrant Nigérian qui a démembré Pamela Mastropietro

Pamela Mastropietro et son meurtier présumé, Innocent Oseghale

En Ital­ie, le procès aux assis­es d’In­no­cent Oseghale, assas­sin pré­sumé de Pamela Mas­tro­pri­eto, s’ou­vri­ra le 13 févri­er.  “Selon l’oncle de Pamela et avo­cat de la famille Mas­tropi­etro,  une paroisse de Mac­er­a­ta aurait payé le loy­er de l’appartement à Inno­cent Oseghale pen­dant trois mois, là où la jeune femme de 18 ans a été tuée et mise en pièces”, annonce Il Gior­nale. Com­mis aux alen­tours du 30 jan­vi­er 2018, le meu­tre de Pamela Mas­tro­pri­eto, jeune femme de 18 ans qui ten­tait de soign­er son addic­tion aux opi­oïdes, a sus­cité une polémique nationale sur l’ac­cueil des migrants et l’en­richisse­ment cul­turel.

Les inves­ti­ga­tions de Mar­co Vale­rio Verni, l’av­o­cat de la famille, révè­lent que fin jan­vi­er 2018, péri­ode où fut com­mis le crime, le prin­ci­pal sus­pect, Inno­cent Oseghale, béné­fi­ci­ait du sou­tien matériel de la paroisse de Vil­la Poten­za (province de Mac­er­a­ta), alors même qu’il avait déjà été con­damné pour traf­ic de drogue.

Le deal­er Nigéri­an, “déjà exclu du pro­gramme de pro­tec­tion des réfugiés après avoir été pris en fla­grant délit et en attente d’expulsion d’Italie, avait été désigné par le curé comme une per­son­ne ayant besoin d’aide, rap­porte Il Gior­nale, et pen­dant trois mois con­sé­cu­tifs, 450 euros men­su­els auraient été col­lec­tés et don­nés à Oseghale et à sa com­pagne, Michela Pet­ti­nari, afin de pay­er le loy­er de l’appartement  où ils vivaient”. C’est dans cet apparte­ment “assez lux­ueux” que la jeune femme fut assas­s­inée et que son corps fut démem­bré pour être répar­ti dans deux valis­es.

Le 14 jan­vi­er 2018,  “Oseghale était mon­té sur la chaire pour lire la let­tre écrite par le pape François pour célébr­er la journée mon­di­ale des migrants. La com­mu­nauté lui avait don­né un panier avec des cou­ver­tures et des den­rées ali­men­taires”, selon Il Gior­nale. Il tue Pamela deux semaines plus tard.

Pour Mar­co Valeri Verni, “cela pour­rait expli­quer l’at­ti­tude tiède de l’évêque de Macare­ta et le silence de l’Eglise sur cet événe­ment atroce”,  qui a boulever­sé l’I­tal­ie toute entière. Dans l’in­ter­view qu’il a accordée au quo­ti­di­en Affari Ital­iani, l’on­cle-avo­cat s’in­ter­roge sur d’autres “mys­tères” qui enc­tourent l’af­faire : les liens du sus­pect avec la mafia nigéri­ane et la dis­pari­tion du jour­nal intime de la jeune vic­time.

Autre article de Bellica

Les Françaises championnes du monde de sabre par équipes !

Les sabreuses français­es ont rem­porté ven­dre­di la médaille d’or par équipes aux...
En savoir plus