L’Eglise Catholique investit 10,6 millions de dollars pour empêcher des lois anti-pédocriminalité d’être votées aux Etats-Unis

Une récente enquête améri­caine révèle que l’Eglise Catholique a dépen­sé 10,6 mil­lions de dol­lars dans les états du nord-ouest des Etats-Unis ces 8 dernières années pour faire du lob­by­ing pour empêch­er le vote de lois aidant les vic­times de pédocrim­inels à obtenir jus­tice. Au moment où l’Eglise pré­tendait admet­tre ses fautes et vouloir aider les vic­times, elle a dépen­sé des mil­lions en lob­by­ing pour empêch­er le plus pos­si­ble de vic­times de prêtres pédophiles de porter plainte. En accom­plis­sant ce tra­vail d’ob­struc­tion, l’Eglise rendait égale­ment ser­vice à tous les autres pédocrim­inels, de tous hori­zons, puisque les lois en ques­tion visaient à pro­téger l’ensem­ble des vic­times de pédocrim­inels.

L’en­quête a été réclamée par un groupe de qua­tre cab­i­nets d’av­o­cats améri­cains engagés dans des actions col­lec­tives pour défendre des vic­times de prêtres pédophiles : Seeger Weiss LLP, Williams Cedar LLC, Abra­ham Watkins and la Simp­son Tuegel Law Firm. Le rap­port s’in­ti­t­ule : “Quand l’Eglise influ­ence l’E­tat : com­ment l’Eglise catholique a dépen­sé des mil­lions con­tre les sur­vivants d’abus sex­uels” et il est con­sultable en ligne.

Inter­rogé par CBS News, Ger­ald Williams, l’un des avo­cats du groupe, exprime sa con­ster­na­tion : “Notre pre­mière réac­tion fut un sen­ti­ment d’é­coeure­ment. Nous représen­tons des cen­taines de per­son­nes ayant été vic­times de prêtres de l’Eglise. L’Eglise a beau­coup com­mu­niqué sur son souhait de ren­dre des comptes et de tourn­er une nou­velle page. Mais quand on s’est organ­isés pour aider les gens à obtenir jus­tice dans les tri­bunaux, l’Eglise était là pour entraver leurs efforts”.

Rien qu’à New York, l’Eglise catholique a investi plus de 2,9 mil­lions de dol­lars en lob­by­ing pour empêch­er le vote du Child Vic­tims Act. Cette loi visait à don­ner plus de temps au vic­times de pédocrim­inels pour pour­suiv­re leurs vio­leurs en jus­tice, leur per­me­t­tant de deman­der un procès jusqu’à leurs 55 ans, con­tre 23 ans aupara­bant. Mal­gré l’in­tense tra­vail d’ob­struc­tion par l’Eglise catholique, la loi a finale­ment été rat­i­fiée par le Gou­verneur Andrew Cuo­mo le 14 févri­er 2019.

De même, en Penn­syl­vanie, où en 2018 un rap­port du Grand Jury présen­tait en détail des preuves acca­blantes con­tre plus de 300 prêtres ayant abusé de plus de 1000 enfants, l’Eglise catholique a dépen­sé plus de 5,3 mil­lions de dol­lars pour empêch­er la jus­tice d’ac­corder un délai sup­plé­men­taire aux vic­times pour pour­suiv­re leurs vio­leurs et agresseurs.

Ces sommes con­sid­érables d’ar­gent ont été trans­férés par l’Eglise sur le compte de la Catholic Con­fer­ence Pol­i­cy Group et ont servi à lut­ter con­tre des réformes judi­ci­aires amélio­rant la pro­tec­tion des vic­times d’abus sex­uels.

Récem­ment, l’Eglise a mul­ti­plié les déc­la­ra­tions pour affirmer sa volon­té de ren­dre enfin des comptes aux vic­times. En Août 2018, le pape François lui-même a déclaré : “La douleur des vic­times et de leurs familles est aus­si notre douleur, et il est donc urgent pour nous de réaf­firmer notre engage­ment à assur­er la pro­tec­tion des mineurs et des adultes vul­nérables.” 

Pour­tant, dans le même temps, d’après le rap­port, l’Eglise a non seule­ment con­tin­ué à inve­stir dans le lob­by­ing con­tre les droits des vic­times, mais a même aug­men­té ses investisse­ment au fil des années.

Alors que l’Eglise pré­tendait aider les vic­times de ses pédophiles, elle a en réal­ité aug­men­té les sommes allouées au lob­by­ing pour empêch­er les vic­times de porter plainte

“L’Eglise fait de belles déc­la­ra­tions, mais quand elle doit met­tre de l’ar­gent sur la table, elle choisit d’af­fecter cet argent pour sa pro­pre pro­tec­tion et non pour aider les vic­times”, explique Ger­ald Williams. “Je crois que l’Eglise a encore du chemin à par­courir si elle veut vrai­ment défendre les sur­vivants. Je crois que ces don­nées mon­trent claire­ment que l’Eglise ne sou­tient pas les sur­vivants et qu’elle lutte car­ré­ment con­tre eux.”

Les don­nées du rap­port provi­en­nent inté­grale­ment de archives des Etats du Con­necti­cut, du Maine, du Mass­a­chu­setts, du New Hamp­shire, du New Jer­sey, de New York, de Penn­syl­vanie et de Rhode Island. Ger­ald Williams estime qu’il est “très prob­a­ble” qu’au moins une par­tie des fonds util­isés par l’Eglise pour entraver les pro­jets de loi de facil­i­ta­tion des démarch­es pour les vic­times provient de la quête auprès des fidèles lors de la messe domini­cale.

Cha­cun des amende­ments détail­lés dans le rap­port visait à faciliter les démarch­es de toutes les vic­times d’abus sex­uels et pas seule­ment de celles abusées par des mem­bres de l’Eglise. Plus de 10 mil­lions de dol­lars auront été dépen­sés par l’Eglise catholique pour lim­iter les droits de ces vic­times elles aus­si.

 

Autre article de Bellica

Burkini dans les piscines publiques : la municipalité de Rennes dit oui

“La société et la mode ont évolué”, a déclaré Yvon Léziart, con­seiller délégué...
En savoir plus