Les 6 bonnes raisons de revoir les classiques du cinéma

La Dolce Vita de Federico Fellini (1960)

Quand on redé­cou­vre des clas­siques du ciné­ma, on se demande presque com­ment on a pu grandir et s’en sor­tir sans trop de séquelles, en étant baigné dans un univers de block­busters ou de séries fadass­es. La majorité des films qui nous sont pro­posés aujour­d’hui n’ont rien de révo­lu­tion­naires, d’o­rig­i­nal, d’atyp­ique. La preuve, on n’hésite pas à plagi­er ou remas­teris­er les films d’an­tan.

Voici pour vous les 6 bonnes raisons de retourn­er à l’essentiel !

#1 Parce qu’un clas­sique ne se démode jamais
« Il suf­fi­ra d’un film, un matin...» Con­traire­ment à ce qu’on pour­rait croire ou à ce qui nous est dit, le ciné­ma d’a­vant n’a rien d’ob­solète et de dépassé. Les expres­sions artis­tiques, quelle qu’elles soient d’ailleurs, sont le témoignage d’une époque, tant au niveau du fond que de la forme.
Tout comme on appré­cie davan­tage de vis­iter le cen­tre his­torique, les quartiers typ­iques d’une ville, ou les lieux chargés d’his­toire d’une con­trée incon­nue, regarder un clas­sique c’est se plonger dans l’a­vant. C’est décou­vrir un univers que l’on n’a pas con­nu et qu’on ne con­naî­tra jamais. Il est tou­jours sain de vouloir en savoir plus sur son passé, pour com­pren­dre plus ce qui nous façonne, ou rien que pour imag­in­er la vie qu’on pu avoir nos aïeux. L’idée n’est pas de tomber dans la mélan­col­ie ou la nos­tal­gie — rien ne sert de regret­ter ou d’idéalis­er une époque révolue — mais plutôt de décou­vrir d’autres hori­zons, d’autres men­tal­ités, d’autres styles ves­ti­men­taires, d’autres manières de par­ler, d’autres types de rela­tions hommes-femmes, et cela n’a rien de désuet. Quoi de plus exo­tique que l’accent et la verve d’Arletty dans Hôtel du Nord ?

 

#2 Parce que le temps a fait le tri par­mi les bons et les mau­vais films
Lorsque vous vous ren­dez au ciné­ma du coin le dimanche soir, dif­fi­cile de faire le tri par­mi les nou­veautés. Les films d’antan ont quant à eux subi un sacré écré­mage. Les navets sont restés dans l’oubli, pour ne laiss­er sur­nag­er que les chefs d’œuvres, aus­si kitsch soient-ils…

#3 Parce que les actri­ces et acteurs d’an­tan n’ont pas fini de nous faire rêver
Hommes ou femmes, les acteurs avaient “une gueule”. Des effets spé­ci­aux encore rares leur lais­saient la part belle. De plus, jeunes ou moins jeunes, que ce soit en noir et blanc ou en couleur, ces égéries avaient une vraie pro­fondeur, une vraie aura qui était presque pal­pa­ble, même dans les scènes où il n’y avait pas de dia­logue.

Alain Delon, Lino Ventura et Jean Gabin dans Le Clan des Siciliens
Alain Delon, Lino Ven­tu­ra et Jean Gabin dans Le Clan des Siciliens

Les acteurs étaient sim­ple­ment beaux, avaient une âme, quelque chose émanait d’eux.

Brigitte Bardot, l'éternel féminin
Brigitte Bar­dot, l’éter­nel féminin

#4 Parce que leurs ambiances sont irrem­plaçables
Qui n’a jamais rêvé de voy­ager dans le temps ? Chaque film est un témoignage vivant d’une époque. Années 40, 50, 60, 70, aven­ture, romance, polici­er, sci­ence fic­tion, en France, aux Etats-Unis, Ital­ie,  tous les ingré­di­ents sont présents pour ren­dre l’in­trigue cap­ti­vante, les per­son­nages attachants.

D’ailleurs, la bande orig­i­nale est sou­vent elle aus­si par­ti­c­ulière­ment réussie ( de Vladimir Cos­ma à John Williams, en pas­sant par les BO des James bond.…)

#5 Parce qu’on renoue avec un autre rythme
On peut avoir du mal à imag­in­er com­ment les mafieux organ­i­saient leurs braquages, les pris­on­niers leurs éva­sions, les policiers menaient leurs enquêtes, ou pire, les amoureux se don­naient ren­dez-vous sans la tech­nolo­gie d’au­jour­d’hui… Et pour­tant ! Avec de vraies ren­con­tres, de vrais échanges, c’é­tait pos­si­ble et peut-être au fond moins com­pliqué que de nos jours.

Diamants sur canapé
Dia­mants sur canapé

#6 Parce que les dia­logues font mouche
De vrais acteurs, une vraie ambiance, une vraie his­toire, une vraie réflex­ion.… de vrais dia­logues. C’est sou­vent cela qui peut sin­gu­laris­er un film. Un scé­nario juste, la réplique qui tombe à pic et qu’on va s’ap­pro­prier, allant jusqu’à la ressor­tir dans une dis­cus­sion.

Avec le stream­ing, vous n’avez plus d’ex­cus­es ! Alors faites-vous plaisir et lancez-vous dans l’aven­ture. Comme dirait l’autre, dans le ciné­ma comme pour le reste, « l’aven­ture, c’est l’aven­ture. »

Les films à revoir d’ur­gence : La Vérité, Un singe en hiv­er, le Prési­dent, Le Clan des siciliens, l’Aven­ture c’est l’aven­ture, l’Em­merdeur, Bor­sali­no, Les Ton­tons flingueurs, les Bar­bouzes, James Bond, Fight Club, Matrix, Walk the line…

Anne-Sophie La Gaufrette / Palin­ge­n­e­sia

Autre article de Anne Sophie La Gauffrette

Les 6 bonnes raisons de revoir les classiques du cinéma

Quand on redé­cou­vre des clas­siques du ciné­ma, on se demande presque com­ment...
En savoir plus