Lutte contre le harcèlement de rue : il faut donner des noms de femmes aux rues, préconise le rapport remis à Marlène Schiappa

Ce n’est pas un can­u­lar. Un mois tout juste avant le 1er avril, le rap­port du groupe de tra­vail par­lemen­taire “Ver­bal­i­sa­tion du har­cèle­ment de rue” pré­conise, pour endiguer les com­porte­ments irre­spectueux envers les femmes dans l’e­space pub­lic, d’ac­croître la fémin­i­sa­tion des noms des rues.

Rédigé par Sophie Auconie (UDI), Laeti­tia Avia (LREM), Erwan Bal­anant (MoDem), Elise Fajge­les (LREM) et Mari­et­ta Kara­man­li (Nou­velle Gauche), le rap­port a été remis hier à Mar­lène Schi­ap­pa. Le doc­u­ment est con­sultable en ligne. Il com­porte 23 recom­man­da­tions, la prin­ci­pale étant d’in­scrire dans la loi un “délit d’outrage sex­iste” pas­si­ble d’a­mende.

La recom­man­da­tion n°14 insiste sur la néces­sité de “sen­si­bilis­er les maires à la ques­tion de la fémin­i­sa­tion des noms de rues et de bâti­ments publics. En effet, 6% seule­ment des rues en France por­tent
le nom d’une femme.”

Les nou­velles plaques Simone de Beau­voir inciteront-elles les pit­toresques squat­teurs du quarti­er parisien La Chapelle-Pajol à ne pas traiter des pas­santes de grosse pute ? Clé­men­tine Autain sera-t-elle con­viée pour inau­gur­er une place Katia Ben­gana à Trappes ?

Pour que prenne fin ce sus­pense insouten­able, il fau­dra atten­dre quelques semaines. La Secré­taire d’É­tat en charge de l’é­gal­ité entre les femmes et les hommes promet d’an­non­cer ses mesures “avant l’été”.

Autre article de Solveig Mineo

“Oui, j’ai de la cellulite, mais ce corps et ces jambes m’ont portée dans 32 marathons”

“Oui, j’ai de la cel­lulite et je ne suis pas un poids-plume,...
En savoir plus