Lutte contre le harcèlement de rue : il faut donner des noms de femmes aux rues, préconise le rapport remis à Marlène Schiappa

Ce n’est pas un can­u­lar. Un mois tout juste avant le 1er avril, le rap­port du groupe de tra­vail par­lemen­taire “Ver­bal­i­sa­tion du har­cèle­ment de rue” pré­conise, pour endiguer les com­porte­ments irre­spectueux envers les femmes dans l’e­space pub­lic, d’ac­croître la fémin­i­sa­tion des noms des rues.

Rédigé par Sophie Auconie (UDI), Laeti­tia Avia (LREM), Erwan Bal­anant (MoDem), Elise Fajge­les (LREM) et Mari­et­ta Kara­man­li (Nou­velle Gauche), le rap­port a été remis hier à Mar­lène Schi­ap­pa. Le doc­u­ment est con­sultable en ligne. Il com­porte 23 recom­man­da­tions, la prin­ci­pale étant d’in­scrire dans la loi un “délit d’outrage sex­iste” pas­si­ble d’amende.

La recom­man­da­tion n°14 insiste sur la néces­sité de “sen­si­bilis­er les maires à la ques­tion de la fémin­i­sa­tion des noms de rues et de bâti­ments publics. En effet, 6% seule­ment des rues en France portent
le nom d’une femme.”

Les nou­velles plaques Simone de Beau­voir inciteront-elles les pit­toresques squat­teurs du quarti­er parisien La Chapelle-Pajol à ne pas traiter des pas­santes de grosse pute ? Clé­men­tine Autain sera-t-elle con­viée pour inau­gur­er une place Katia Ben­gana à Trappes ?

Pour que prenne fin ce sus­pense insouten­able, il fau­dra atten­dre quelques semaines. La Secré­taire d’É­tat en charge de l’é­gal­ité entre les femmes et les hommes promet d’an­non­cer ses mesures “avant l’été”.

Autre article de Solveig Mineo

Affaire Mila : quatre de ses harceleurs mis en examen

Qua­tre per­son­nes, dont trois mineurs, ont été mis­es en exa­m­en dans le...
En savoir plus