Un magazine féminin invente un nouveau complexe et devient la risée du net

En réaction à un nouveau complexe physique inventé de toutes pièces par La Parisienne, les internautes ont rivalisé d’humour.

Tout est parti d’un énième article de conseils beauté du magazine féminin . « Comment éliminer le fameux « pli » sous la fesse ? », a titré dimanche La Parisienne, avec une image d’illustration qui laisse pour le moins perplexe. Après avoir diabolisé les cuisses qui se touchent avec la mode du « thigh gap » (espace entre les cuisses), la presse féminine déclare la guerre au « pli sous la fesse ». La riposte des twittelles et twiteaux ne s’est pas fait attendre.

Sur le hashtag  #TweeteCommeLaParisienne, les parodies d’astuces beauté se sont multipliées.

Nous n’avons pas pu nous empêcher de mettre notre grain de sel…

… ce qui a inspiré un poète :

La Parisienne a tenté d’esquiver les moqueries en modifiant son titre : « pli » est remplacé par « bourrelet », histoire de souligner combien cette partie du corps est indésirable. Bien tenté, mais la mention du « pli » est restée dans l’URL de l’article.

Dans cet article truffé d’affirmations pseudo-expertes, le pli porte l’étrange nom de « banane sous-fessière ». Au risque d’enfoncer une porte ouverte, rappelons qu’il s’agit tout simplement de la démarcation entre la fesse et la cuisse, plus ou moins nette selon la morphologie et le taux de masse grasse. Le pli est un élément normal de l’anatomie féminine : statistiquement, le pourcentage de masse adipeuse est plus élevé chez les femmes que chez les hommes et les femmes ont tendance à stocker la graisse au niveau des fesses et des cuisses.

Cette histoire ridicule est l’occasion de rappeler que la fesse charnue fait partie du patrimoine artistique européen. Selon Clément d’Alexandrie, les Grecs ont même consacré un temple à Aphrodite Callipyge ( « Aux belles fesses, du grec καλός / kalόs = « bon, beau » et πυγή / pugế = « fesse ») dans la ville de Syracuse (Sicile). Dans la statuaire antique, la Vénus Callipyge est un type précis de statue, qui représente toujours la déesse soulevant son péplos pour contempler son superbe fessier par-dessus son épaule.

Vénus callipyge, Musée archéologique national de Naples (Wikimedia).

La Vénus aux belles fesses continua d’inspirer les artistes au fil des siècles.

Vénus callipyge (1683-1686), de François Barois, au musée du Louvre (Wikimedia).
Les Trois Grâces, par Raphaël, 1505, Musée Condé (Wikimédia)