Paris : une jeune femme interdite de bus par un chauffeur islamiste qui lui reproche de porter une mini-jupe

En plein Paris, près du parc des Buttes Chau­mont, Elise, 29 ans, s’est vue refuser l’ac­cès à un bus RATP par un chauf­feur islamiste qui lui reprochait de porter une jupe courte.

L’af­faire a été révélée par le père de la vic­time, Kamel Bencheikh, poète algérien et mil­i­tant anti-islam assumé. Il a relaté les faits dans un post face­book :

“Ma fille Élise est sor­tie avec une amie hier et a voulu pren­dre tar­di­ve­ment, le bus 60 à la sta­tion Botzaris près des Buttes Chau­mont pour descen­dre en direc­tion de la mairie du 19ème arrondisse­ment. À 23 heures 05 pré­cisé­ment, se présente le bus 60 qu’elle attendait avec son amie. Il n’y avait qu’elles deux. Le bus s’arrête et elle se présente à la por­tière. Le machin­iste la regarde et refuse d’ouvrir la por­tière. Elle tam­bourine mais rien. Le bus démarre et s’arrête au feu rouge. Ma fille court et se présente de l’autre côté du bus pour par­ler au con­duc­teur. À la ques­tion de savoir pourquoi il n’ouvre pas la porte, le con­duc­teur répond : T’AS QU’À BIEN T’HABILLER ! Ma fille était en jupe et ça a touché pro­fondé­ment les sen­ti­ments religieux de cet islamiste que la régie des trans­ports parisiens salarie et fait vivre. Aujourd’hui je lance un appel à la RATP, à la mairesse de Paris et à son con­seil munic­i­pal, au maire du 19ème arrondisse­ment, au Con­seil Région­al de l’Ile de France et à tous ceux que cela con­cerne : IL FAUT ARRÊTER DE LAISSER LA GESTION DE NOS VIES AUX ISLAMISTES qui nous les pour­ris­sent. Je résume : Bus 60 à la sta­tion Botzaris, rue de Crimée, en direc­tion de la mairie à 23 heures 05, bus con­duit par un bar­bu de type maghrébin. JE N’AI PAS L’INTENTION D’EN RESTER LÀ !”

Le Parisien a con­sacré un arti­cle à cette affaire.

La RATP a annon­cé qu’elle enta­mait des “véri­fi­ca­tions” et a promis des “sanc­tions”.

Aude Lor­ri­aux, chef du “ser­vice actu” du jour­nal 20 Min­utes et fémin­iste d’ex­trême-gauche, a pour sa part choisi de met­tre en doute la parole de la vic­time. Sur Twit­ter, Aude Lor­ri­aux a qual­i­fié ce témoignage de “naze”. Aude Lor­ri­aux a expliqué qu’elle-même a déjà pris le bus n°60 dans sa vie et qu’il ne lui était rien arrivé. Il s’ag­it là d’un argu­ment clas­sique chez ceux qui ten­tent de min­imiser les témoignages de vic­times de har­cèle­ment de rue et d’a­gres­sions misog­y­nes. Le même argu­ment a par exem­ple été util­isé il y a deux jours par la mil­i­tante catholique Agnès Cerighel­li.

 

 

 

Autre article de Bellica

Vivre ensemble : l’humoriste Laura Calu harcelée, son copain qui tentait de la défendre tabassé et édenté

L’hu­moriste Lau­ra Calu témoigne de la grave agres­sion dont elle et son...
En savoir plus