Plus de 53 000 femmes excisées en 2004 : depuis douze ans, la France ne dispose plus d’aucune statistique sur l’excision.

En cette Journée des vio­lences faites aux femmes, un bilan s’impose sur l’excision, sujet par­ti­c­ulière­ment tabou, qui touche au bas mot 53 000 femmes en France. Cela fait douze ans qu’aucune enquête sta­tis­tique n’est menée sur l’excision en France, or les quelques chiffres dont nous dis­posons sur le sujet sont plus que préoccupants.

exciseuseguinee

L’excision est une muti­la­tion géni­tale fémi­nine qui vise à entraver le plaisir féminin voire à ren­dre le coït sys­té­ma­tique­ment douloureux. En ver­tu de super­sti­tions religieuse, il s’agit de « puri­fi­er » la femme et de con­trôler sa sexualité.

On dis­tingue trois grands types d’excision :

  • La cli­toridec­tomie : abla­tion par­tielle ou totale du clitoris.
  • L’excision : abla­tion par­tielle ou totale du cli­toris et des petites lèvres, avec ou sans abla­tion des grandes lèvres.
  • L’infibulation : rétré­cisse­ment de l’orifice vagi­nal par abla­tion et cou­ture des petites lèvres et/ou des grandes lèvres, avec ou sans abla­tion du clitoris.

excision-schema-1excision-schema-2

(Dessins de Titouan Lama­zou extraits de son livre “Femmes du monde”. Faisons abstrac­tion de la teinte rosée.) 

En 2004, L’Institut nation­al d’études sta­tis­tiques (Ined) esti­mait à 53 000 le nom­bre de femmes de plus de 18 ans présen­tant une muti­la­tion géni­tale en France. 11% des filles de femmes excisées sont elles-mêmes excisées. D’après cette étude, lorsque la mère est excisée, le risque d’être excisée est beau­coup plus élevé si la fille est née dans un pays à risque (Mail, Séné­gal, Côte d’Ivoire, Burk­i­na Faso et Guinée) plutôt qu’en France.

chiffres-excision

En France, une jeune fille née dans un pays à risque a 45% de chances d’être excisée, con­tre 3% chez les jeunes filles nées sur le ter­ri­toire Français.

graphique-excision-1

Cette étude sous-estime prob­a­ble­ment le nom­bre de femmes excisées, puisqu’elle ne compt­abilise pas les jeunes filles mineures. Or il est fréquent que l’excision soit pra­tiquée avant que la puberté ne soit totale­ment achevée.

Plus inquié­tant encore : depuis cette enquête de 2004, aucune nou­velle étude sta­tis­tique n’a été réal­isée sur les femmes excisées en France. Or, chaque année, la France accueille entre 62 000 et 70 000 per­son­nes issues d’Afrique, dont beau­coup provi­en­nent de pays pra­ti­quant l’excision.

graphique-excision-immigration-2

Pen­dant ce temps, le mag­a­zine Slate invite les Français­es à « chang­er leur dis­cours » sur l’excision et s’insurge de l’attitude « néo­colo­nial­iste » con­sis­tant à qual­i­fi­er l’excision de « barbarie ».

Beau pro­gramme en perspective.

 

La Sol

Autre article de Solveig Mineo

Women’s march contre Trump : le hijab, nouvel étendard féministe ?

Près de 500 000 femmes ont défilé à Wash­ing­ton en ce jour...
En savoir plus