Pour la première fois, l’égérie shampoings de L’Oréal est une femme voilée. Personne ne verra ses cheveux.

2018 sonne-t-il le glas de la célèbre séquence jeté-de-crinière-soyeuse-au-ralen­ti, “L’Oréal, parce que je le vaux bien” ? Un peu. La branche bri­tan­nique de L’Oréal Paris a choisi comme nou­velle égérie cheveux la mod­èle et blogueuse Ame­na Khan, qui porte le voile islamique. Pour des raisons religieuses, celle-ci ne mon­tre jamais ses cheveux en pub­lic.

Dans le spot pub­lic­i­taire de la gamme Elvive Nutri-Gloss, qui promet de “rehauss­er l’é­clat des cheveux ternes”, on voit donc Ame­na Khan, sur fond rose bon­bon, pass­er sen­suelle­ment ses mains sur son voile puis faire tournoy­er en l’air les longueurs du foulard.

 

 

Sur insta­gram, la jeune femme a fière­ment posté la vidéo pub­lic­i­taire. Sur sa pub­li­ca­tion, elle déclare que cette cam­pagne “change les règles du jeu”. Il s’ag­it d’une grande pre­mière à dou­ble titre : c’est la pre­mière fois qu’une cam­pagne pub­lic­i­taire de grande mar­que de sham­po­ings met en avant un sym­bole religieux et c’est aus­si la pre­mière fois qu’en Occi­dent une égérie sham­po­ing ne mon­tre jamais ses cheveux. À quand un curé chauve pour la prochaine cam­pagne ?

Ce choix fait grin­cer des dents un cer­tain nom­bre d’in­ter­nautes anglo­phones et fran­coph­o­nes qui s’é­ton­nent d’un deux-poids-deux-mesures. La pub­lic­ité L’Oréal a reçu un accueil dithyra­m­bique de la part des grands pre­scrip­teurs de ten­dances, comme le mag­a­zine Vogue, Elle ou encore Glam­our … tan­dis qu’il y a quelques jours, la mar­que Kéras­tase a été accusée de sex­isme et con­trainte de présen­ter ses excus­es pour avoir pour avoir pub­lié une pho­to de sa nou­velle égérie Emi­ly Rata­jows­ki avec la légende “Les cheveux sont une par­tie fon­da­men­tale de la beauté, de la féminité et de l’i­den­tité”.

Kéras­tase a en effet dû céder à une cam­pagne de dén­i­gre­ment sur les réseaux soci­aux ini­tiée par Rachel McArthur, jour­nal­iste pour Al Ara­biya et fon­da­trice du site Dig­i­talink Dubaï.

 

Autre article de Solveig Mineo

Affaire Mila : quatre de ses harceleurs mis en examen

Qua­tre per­son­nes, dont trois mineurs, ont été mis­es en exa­m­en dans le...
En savoir plus