“Reste à ta place” : pour punir sa petite amie, Islem la bat à coups de ceinture et publie la vidéo sur internet

L’Am­i­cale des Jeunes du Refuge a dif­fusé mer­cre­di la vidéo insouten­able d’un homme bat­tant sa petite amie à coups de cein­ture. Pour la punir d’avoir son­né chez lui “sans autori­sa­tion” et pour lui appren­dre à “rester à sa place”, l’homme assène de nom­breux coups à la jeune femme et demande à un com­plice de filmer la scène afin de la dif­fuser sur inter­net. La police judi­ci­aire a ouvert une enquête.

Des coups violents à la tête malgré les supplications de la victime

La vidéo est par­ti­c­ulière­ment vio­lente. Nous décon­seil­lons aux per­son­nes sen­si­bles de la regarder. On y voit Islem frap­per sa petite amie Yas­mine, y com­pris à la tête, mal­gré les excus­es, sup­pli­ca­tions et san­glots de celle-ci. La vic­time est main­tenue de force par le bras et tente à plusieurs repris­es de s’échap­per. Islem la men­ace de frap­per avec la boucle si elle se sauve. L’homme se mon­tre fier de frap­per la jeune femme et déclare ne pas men­tion­ner son prénom “au cas où la police voit (sic) cette vidéo … Faudrait pas qu’ils pensent que je suis un enfoiré”.

Dans la journée du mer­cre­di 11 avril, la vidéo a été pub­liée sur Twit­ter par la chanteuse Sel­ma Rosa, indignée, puis par Fdes­ouche, qui a inter­pel­lé la police nationale ain­si que la secré­taire d’E­tat aux droits des femmes, Mar­lène Schi­ap­pa. Très vite, l’as­so­ci­a­tion L’Am­i­cale des Jeunes du Refuge a relayé la vidéo, don­nant les prénoms de l’a­gresseur, Islem, et de son com­plice, Samir, que l’on entend dis­tincte­ment. Les nom­breux sig­nale­ments d’in­ter­nautes sur la plate­forme Pharos ont amené la police à se saisir de l’af­faire, relate France Soir.

Une victime sous emprise qui défend son agresseur

Peu de temps après, a vic­time a posté une vidéo sur Snapchat dans laque­lle elle déclare n’avoir “pas besoin” de “sou­tien”, “car c’est mon petit copain”. Tout sourire, elle assure qu’il s’agis­sait d’une “petite dis­pute” et que les coups ont été portés “pour rigol­er”. Au vu de son état de ter­reur dans la vidéo ini­tiale, il est extrême­ment prob­a­ble que la vic­time ait agi sous l’emprise de son petit ami.

L’emprise psy­chologique dans le cou­ple est un mécan­isme com­plexe qui pousse la vic­time de vio­lences à se soumet­tre, à nier la grav­ité des faits, à ne pas porter plainte, voire à pro­téger son bour­reau. Le phénomène est décrit par la psy­chi­a­tre Marie-France Hirigoyen dans les ter­mes suivants :

“L’emprise est un phénomène de vio­lences psy­chologiques qui s’installent dans le temps. Ca com­mence par une phase de séduc­tion nar­cis­sique, une alter­nance de vio­lences et de mar­ques d’af­fec­tion. Un brouil­lage s’opère. Sur le reg­istre cog­ni­tif, ces mes­sages con­tra­dic­toires ont un effet paralysant sur le cerveau. Ce brouil­lage entraîne la perte de l’esprit cri­tique. Les per­son­nes sous emprise ne savent plus à quel moment réa­gir. Vul­nérables, ça les amène à se laiss­er soumet­tre. Lorsque ça se passe mal, la per­son­ne sous emprise se rac­croche à l’idée que quelque­fois son agresseur a été gentil.”

 

Autre article de Bellica

Une femme tabassée par ses frères pour son comportement trop libre pendant le Ramadan

Charia du quo­ti­di­en. Parce qu’elle voulait recevoir son petit ami chez elle...
En savoir plus