“Reste à ta place” : pour punir sa petite amie, Islem la bat à coups de ceinture et publie la vidéo sur internet

L’Am­i­cale des Jeunes du Refuge a dif­fusé mer­cre­di la vidéo insouten­able d’un homme bat­tant sa petite amie à coups de cein­ture. Pour la punir d’avoir son­né chez lui “sans autori­sa­tion” et pour lui appren­dre à “rester à sa place”, l’homme assène de nom­breux coups à la jeune femme et demande à un com­plice de filmer la scène afin de la dif­fuser sur inter­net. La police judi­ci­aire a ouvert une enquête.

Des coups violents à la tête malgré les supplications de la victime

La vidéo est par­ti­c­ulière­ment vio­lente. Nous décon­seil­lons aux per­son­nes sen­si­bles de la regarder. On y voit Islem frap­per sa petite amie Yas­mine, y com­pris à la tête, mal­gré les excus­es, sup­pli­ca­tions et san­glots de celle-ci. La vic­time est main­tenue de force par le bras et tente à plusieurs repris­es de s’échap­per. Islem la men­ace de frap­per avec la boucle si elle se sauve. L’homme se mon­tre fier de frap­per la jeune femme et déclare ne pas men­tion­ner son prénom “au cas où la police voit (sic) cette vidéo … Faudrait pas qu’ils pensent que je suis un enfoiré”.

Dans la journée du mer­cre­di 11 avril, la vidéo a été pub­liée sur Twit­ter par la chanteuse Sel­ma Rosa, indignée, puis par Fdes­ouche, qui a inter­pel­lé la police nationale ain­si que la secré­taire d’E­tat aux droits des femmes, Mar­lène Schi­ap­pa. Très vite, l’as­so­ci­a­tion L’Am­i­cale des Jeunes du Refuge a relayé la vidéo, don­nant les prénoms de l’a­gresseur, Islem, et de son com­plice, Samir, que l’on entend dis­tincte­ment. Les nom­breux sig­nale­ments d’in­ter­nautes sur la plate­forme Pharos ont amené la police à se saisir de l’af­faire, relate France Soir.

Une victime sous emprise qui défend son agresseur

Peu de temps après, a vic­time a posté une vidéo sur Snapchat dans laque­lle elle déclare n’avoir “pas besoin” de “sou­tien”, “car c’est mon petit copain”. Tout sourire, elle assure qu’il s’agis­sait d’une “petite dis­pute” et que les coups ont été portés “pour rigol­er”. Au vu de son état de ter­reur dans la vidéo ini­tiale, il est extrême­ment prob­a­ble que la vic­time ait agi sous l’emprise de son petit ami.

L’emprise psy­chologique dans le cou­ple est un mécan­isme com­plexe qui pousse la vic­time de vio­lences à se soumet­tre, à nier la grav­ité des faits, à ne pas porter plainte, voire à pro­téger son bour­reau. Le phénomène est décrit par la psy­chi­a­tre Marie-France Hirigoyen dans les ter­mes suiv­ants :

“L’emprise est un phénomène de vio­lences psy­chologiques qui s’installent dans le temps. Ca com­mence par une phase de séduc­tion nar­cis­sique, une alter­nance de vio­lences et de mar­ques d’af­fec­tion. Un brouil­lage s’opère. Sur le reg­istre cog­ni­tif, ces mes­sages con­tra­dic­toires ont un effet paralysant sur le cerveau. Ce brouil­lage entraîne la perte de l’esprit cri­tique. Les per­son­nes sous emprise ne savent plus à quel moment réa­gir. Vul­nérables, ça les amène à se laiss­er soumet­tre. Lorsque ça se passe mal, la per­son­ne sous emprise se rac­croche à l’idée que quelque­fois son agresseur a été gen­til.”

 

Autre article de Bellica

La “maman voilée” “traumatisée” qu’on lui demande de retirer son voile était en fait proche d’une association d’islamistes

Depuis une dizaine de jours, la presse française sub­ven­tion­née s’agite pour défendre...
En savoir plus