Témoignage : Comment Lucie, 22 ans, a échappé aux 6 jeunes qui tentaient de la violer à la Citadelle de Lille

Lucie au trail de Guines

Ce dimanche, à la Citadelle de Lille, Lucie, étu­di­ante de 22 ans, a été piégée dans un guet-apens par 6 ou 7 jeunes. Ils l’ont encer­clée, main­tenue, par­tielle­ment désha­bil­lée, frap­pée avec un bâton, attouchée. Elle s’est battue de toutes ses forces et a réus­si à s’enfuir avant que le pire arrive. Cette jeune femme sportive d’1m66 pour 55kg est par­v­enue seule à met­tre en échec 6 agresseurs. Elle nous livre aujourd’hui le réc­it de sa lutte. Un témoignage glaçant mais riche d’enseignements.

Un footing du dimanche qui vire au traquenard

Je m’appelle Lucie, j’ai 22 ans, et je suis à Lille depuis un an et demi pour mes études. Je fais un mas­ter dans l’im­mo­bili­er en alter­nance. Ma plus grande pas­sion, c’est le sport. Je pra­tique régulière­ment la course, je fais de la mus­cu­la­tion. J’ai pra­tiqué plusieurs années le krav maga et le full con­tact, mais j’ai dû arrêter à cause des études. Mon rit­uel du dimanche, c’est de faire un foot­ing à la citadelle de Lille.  C’est le coin le plus con­nu de Lille pour se promen­er en famille ou faire du sport.

Dimanche dernier, il fai­sait beau et je décide de pren­dre l’air vers 16h. Je savais que je n’al­lais pas courir longtemps, donc j’ai sim­ple­ment pris ma mon­tre-chrono et mes clefs.

Je passe par un sen­tier péde­stre pour aller à la Citadelle, je croise un cou­ple puis je me retrou­ve seule quelques sec­on­des. Et là, un Rom me demande l’heure et me suit en courant, tout en rigolant. Je lui réponds que je n’ai pas l’heure, mais sim­ple­ment un chronomètre.

Il me prend par le bras vio­lem­ment pour me stop­per. J’ar­rête de courir de ce fait, et je me retrou­ve nez-à-nez avec lui. Il con­tin­ue à me tenir l’a­vant-bras et me rede­mande l’heure en rigolant. Je lui répète que je n’ai pas l’heure et lui fais voir ma mon­tre. Je por­tais un sweat avec une poche avant zip­pé. Il com­mence à touch­er cette poche.

Et là, 5 ou 6 autres per­son­nes arrivent autour de moi. Je ne saurais dire le nom­bre, car j’é­tais en plein état de panique. Ils ont l’air jeune, entre 12 et 17 ans. Ils m’encerclent et me fouil­lent. Ils me touchent le corps et ouvrent la poche de mon sweat, me deman­dent si j’ai de l’ar­gent ou un télé­phone. Mal­heureuse­ment, je n’avais rien.

Tentative de viol : « tout le monde rigole »

Un autre garçon der­rière moi me donne un coup de bâton dans les cuiss­es, ça le fai­sait rire. J’é­tais morte de peur. Je ne savais pas quoi faire.

Alors, j’ai voulu jouer la carte de la diplo­matie en leur dis­ant que je n’avais rien, qu’ils pou­vaient me laiss­er par­tir et que j’ou­bli­ais cette histoire.

La per­son­ne der­rière moi m’a don­né un nou­veau coup de bâton, cette fois-ci aux fess­es. Ils cher­chaient à m’hu­m­i­li­er. Je leur ai demandé pourquoi ils agis­saient ain­si avec moi. Je leur ai expliqué que je n’avais rien à leur don­ner et j’ai même ten­té de les émou­voir en leur dis­ant que lorsqu’ils men­di­aient dans la rue, j’é­tais la pre­mière à leur don­ner de l’argent.

Après mon dis­cours, ils ont rigolé. Le “chef” me dit : « bon ok, on est désolés Madame. Tu peux par­tir, mais avant tu me fais un câlin ». Il vient à moi, m’enserre dans ses bras et tente de m’embrasser. Tout en me main­tenant dans ses bras, il fait des gestes obscènes devant ses amis en sim­u­lant un acte sex­uel. Tout le monde rigole. Un autre homme descend mon col­lant de course à pied et me touche les fess­es. Son ami aus­si. C’était insup­port­able de sen­tir leurs mains répug­nantes sur ma peau.

Là, j’ai com­pris qu’ils voulaient vrai­ment me vio­l­er. Les rires, l’effet de groupe : j’ai sen­ti qu’ils n’avaient aucunes lim­ites. Je pen­sais à ce moment que j’al­lais mourir.

« La rage monte en moi »

Au départ, j’é­tais pétri­fiée, je ne bougeais plus. Je regar­dais autour de moi pour voir si quelqu’un pou­vait m’aider. Habituelle­ment, il y a tou­jours du monde dans ce coin, mais là, personne.

Je ne savais pas quoi faire, puis j’ai repris mes esprits lorsqu’il y a eu les gestes de trop, car j’é­tais per­suadée que ces garçons me vio­l­eraient si je ne fai­sais rien.  La peur m’im­mo­bilise quelques sec­on­des. Puis, je me dis que je suis forte, que mon corps l’est aus­si et que je sais me bat­tre. La rage monte en moi, j’ac­cepte les coups, je me débats.

Quand j’ai com­mencé à me débat­tre, j’ai vu leur sur­prise. Ils voy­aient que je n’é­tais plus la gen­tille qui se tai­sait. Ils ne rigo­laient plus, eux non plus. La per­son­ne avec son bâton a voulu me redonner un coup avec, sauf que je n’ai pas reçu le coup car j’ai stop­pé le bâton avec ma main.

« J’ai repris le contrôle de moi-même »

A par­tir du moment où je me suis débattue, j’ai repris le con­trôle de moi-même, j’ar­rivais à penser et à réfléchir. J’ai fait du sport de com­bat pen­dant plusieurs années, dont le full con­tact et le krav maga. Je sais les bases. Je me suis dit que je savais accepter les coups et en don­ner, que j’étais capa­ble de me battre.

Il me rete­nait encore dans ses bras, les autres con­tin­u­aient à m’encer­cler. Ils me touchaient tout le temps, bien évide­ment les par­ties intimes, fess­es, sexe et seins. Le seul con­tact avec ma peau fut les fesses.

Celui qui me tenait dans ses bras, me voy­ant m’én­erv­er et me débat­tre, a com­mencé à me don­ner des coups de poing au niveau de mon sexe.

« Je suis une femme, pas une merde »

J’ai su que c’é­tait le moment de fuir car ça allait beau­coup, beau­coup trop loin. Je me sen­tais humil­iée au plus haut point avec mon col­lant bais­sé à l’ar­rière. Dans ma tête, je me répé­tais : « Je suis une femme pas une merde, on ne peut pas me traiter de cette façon. »

J’ai repris mes automa­tismes de l’époque où j’ai appris à me bat­tre, à savoir com­ment se défaire facile­ment lorsqu’on nous tient par le bras (on l’ap­prend au krav maga). J’ai eu un regain de force en même temps. Je me suis détachée de lui. J’ai frap­pé autour de moi, en pous­sant, en cri­ant et je suis par­tie en sprint. Heureuse­ment que je sais courir assez rapidement.

« Ils ont compris que je n’étais plus seule »

L’homme au bâton s’est lancé à ma pour­suite en essayant de me don­ner des coups. J’ai hurlé le plus fort pos­si­ble afin que quelqu’un m’aperçoive.

Et par chance, un homme se prom­e­nait le long de la Deule. J’ai crié « Mon­sieur ! Au sec­ours ! » en courant vers lui. C’était un vieux mon­sieur arabe de 65–70 ans, qui me regar­dait, paniqué. Je lui explique la scène et il me dit de rester auprès de lui. Il n’a rien dit de fab­uleux, mais il était là. Il était tout débous­solé et il a fait son pos­si­ble pour me rassurer.

Je me suis retournée et je les ai vus me regarder. Ils ont com­pris que je n’é­tais plus seule et ils sont repar­tis. J’ai marché quelques min­utes, j’ai remer­cié cet homme, et je suis repar­tie le plus vite pos­si­ble chez moi.

Une douche et un post Facebook qui a touché des centaines de personnes

La pre­mière chose que j’ai faite, c’é­tait de pren­dre une douche. Savoir qu’ils m’ont touchée et effleurée m’écœu­rait. Puis, j’ai décidé d’écrire un post sur Face­book pour en faire part à tous ceux qui vont à la Citadelle, surtout aux femmes seules. Je ne pen­sais pas que mon post aurait eu autant de réactions.

J’é­tais vrai­ment épuisée après, physique­ment et psy­chologique­ment. Pour­tant je m’en­traine 6 fois par semaine, beau­coup de sport intense. Les jours suiv­ants, j’étais entière­ment cour­baturée. Mon corps a telle­ment été con­trac­té de partout, j’ai for­cé le plus pos­si­ble. Comme quoi, cinq min­utes d’emprise, le corps s’en sou­vient… J’ai beau faire 2h de mus­cu­la­tion intense, ça ne me fera pas cet effet. J’avais mal à la tête le soir. Je me suis couchée et au bout de 15 sec­on­des, je dor­mais d’épuise­ment. Je ne pen­sais pas que c’é­tait possible.

L’agression de Lucie à la Citadelle n’est pas un cas isolé : à quand le drame ?

Mon post Face­book a été partagé par des cen­taines de per­son­nes et j’ai reçu de nom­breux com­men­taires de sou­tien. Je me sens vrai­ment soutenue, que ce soit par mes col­lègues de tra­vail ou mon école, et avec le post sur Face­book, lire ces com­men­taires m’a vrai­ment aidé. Ca forge. Recevoir tous ces témoignages des per­son­nes qui sou­ti­en­nent, ça me touche beaucoup !

Mais à mon grand regret, j’ai su que mon agres­sion n’é­tait pas un cas unique. Je suis loin d’être la seule… et c’est ce qui me fait le plus mal finale­ment… jusqu’au jour où il y aura un drame.

Dans les com­men­taires, un homme du nom de Vin­cent m’a racon­té qu’il avait été agressé le lun­di d’avant dans le même secteur. D’autres me dis­ent que leur amie s’est faite aus­si agressée. Il y a beau­coup de guet-apens de ce genre. Ils ont voulu me vol­er, et étant une femme, ils ont con­tin­ué avec le sexe.

Pour le moment, je n’i­rai plus courir à la Citadelle seule. Je n’en reviens tou­jours pas de voir leur plaisir dans leurs yeux à me voir souf­frir. C’est inhu­main. Car tu peux faire n’im­porte quoi, ils ne chang­eront jamais d’avis et avec l’ef­fet de groupe, c’est pire. Les garçons qui m’ont agressée étaient tous mineurs. Ce seront des bombes à retarde­ment dans quelque temps. Ils iront beau­coup plus loin.

« Je souhaite que les autres femmes prennent conscience du danger »

Si je n’avais pas fait de sports de com­bat, et n’avais pas cou­ru aus­si vite, je ne sais pas du tout com­ment cela se serait ter­miné, et je ne préfère même pas savoir. La seule chose que je souhaite, c’est que les autres femmes pren­nent con­science du dan­ger, car tout le monde ne pra­tique pas les sports de combat…

Les sports de com­bats m’ont surtout aidée sur le plan men­tal. Pen­dant l’agression, j’y ai repen­sé, je me suis dit que je savais me bat­tre, et que je savais porter les coups et les accepter. Accepter l’hu­mil­i­a­tion, repren­dre son calme, souf­fler, accepter les coups et la douleur, réfléchir au moment où l’on doit se débat­tre et par­tir… Je pèse 55 kg pour 1m66. Je ne suis pas une force de la nature. Mais dès que l’on con­nait les gestes et que l’on a toute sa tête, il n’y a pas besoin de mesur­er 2m et faire 100kg pour fuir même si c’est plus sim­ple. D’ailleurs, ils ne s’y attendaient pas, je les ai sur­pris.

J’ai dû arrêter les sports de com­bat par manque de temps avec les études et le tra­vail, mais main­tenant, mon dis­cours change… je vais sûre­ment repren­dre le com­bat pour sup­primer ma haine déjà, et mieux affron­ter si ça recommence.

Ça me rend triste. Je suis quelqu’un de très socia­ble et d’avenant, et me dire que je dois me pro­téger comme ça, ça me blesse mais c’est la réal­ité… Le prob­lème c’est que main­tenant je vais avoir une atti­tude agres­sive dès que l’on s’ap­prochera trop de moi, voir le mal partout

Je reste con­cen­trée sur mes études, ça me per­met aus­si de ne pas trop penser à dimanche. J’ai eu des exa­m­ens cette semaine, c’est un peu mon sec­ond com­bat après l’agression.

Au début, je ne voulais pas porter plainte car il y a de faibles chances que mes agresseurs soient arrêtés. Mais finale­ment, j’ai porté plainte aujourd’hui, pour les autres femmes. Si un drame arrivait à une femme à la Citadelle, je m’en voudrais de ne pas avoir porté plainte. Le dépôt de plainte s’est très bien passé. Les policiers sont désem­parés. Ils ont reçu plusieurs dépôts de plaintes pour vols/violences. Cepen­dant, dans mon cas, j’ai été vic­time de vio­lence aggravée et d’a­gres­sion sex­uelle, ce qui est beau­coup moins général­isé. Les policiers sont inqui­ets de voir la sit­u­a­tion se détéri­or­er à ce point.

Enfin, j’aimerais vous dire qu’on se rend compte après avoir vécu ces moments dif­fi­ciles, que nos petits prob­lèmes lamb­da ne sont stricte­ment rien… Comme le dis­ait Mal­raux, « Une vie ne vaut rien, mais rien ne vaut une vie. »

Les conseils de Lucie

Il est très impor­tant d’apprendre à con­trôler ses émo­tions, gér­er son stress. On a beau savoir se bat­tre, savoir courir vite, avoir de la force, si on ne sait pas gér­er ses émo­tions, c’est fini…

Face à plusieurs agresseurs, on serait ten­tées de se dire que l’on est sim­ple­ment une femme, qu’on ne peut rien faire, que l’on n’a pas de force, que l’on ne s’en sor­ti­ra jamais. Ces sen­ti­ments vien­nent au début, c’est nor­mal… mais après il faut repren­dre ses émo­tions… ne pas lâch­er prise

« Nous sommes des femmes, pas des merdes »… Je me dis­ais tou­jours ça dans ma tête : « Je ne suis pas une merde, on ne peut pas me traiter de cette façon ». Ça fait mon­ter la rage en soi finale­ment et ça donne de la force.

Sportive dans l’âme : Lucie à la fan zone de Lille lors du match France-Suisse en juin dernier

A RETENIR EN CAS D’AGRESSION

  •  Tou­jours garder en tête votre objec­tif de FUITE. Courir dès que possible.
  • Tou­jours CHERCHER DE L’AIDE en cri­ant et en inter­pel­lant quelqu’un. Le sim­ple fait de voir quelqu’un avec Lucie a mod­i­fié le com­porte­ment des agresseurs. Si vous voyez plusieurs per­son­nes, ciblez un indi­vidu en par­ti­c­uli­er par la parole et le regard plutôt que de vous adress­er seule­ment au groupe.
  • IL N’EST JAMAIS TROP TARD POUR REAGIR, même piégée dans une sit­u­a­tion dés­espérée, même quand on est menue, même quand on est toute seule face à une meute. Au début, Lucie était paralysée mais elle s’est res­saisie alors que tout sem­blait la condamner.
  • N’oubliez jamais que VOUS ÊTES PLUS FORTE QUE VOUS NE LE PENSEZ et que vos agresseurs ne l’imaginent. La sur­prise est une arme. Quand ils voient la peur sur votre vis­age de femme, les agresseurs pensent qu’ils ont gag­né. Ils se trompent. La sur­prise que vous créerez en leur résis­tant vous don­nera un court instant l’opportunité de vous sauver.
  • VOUS SAVEZ VOUS BATTRE même si vous ne l’avez jamais appris. Comme le dit Lucie, c’est surtout sur le plan men­tal que les sports de com­bats l’ont aidée. Décider de se bat­tre est plus impor­tant que con­naître des tech­niques de com­bat, certes très utiles. Réus­sir à dire non est plus impor­tant qu’avoir de la répartie.
  • ACCEPTER LES COUPS pour éviter la PROSTRATION. Quand on se débat, que l’on frappe, que l’on repousse, fatale­ment, nos agresseurs nous frap­per­ont. Ne vous lais­sez pas décourager, intimider, domin­er par ces coups et restez con­cen­trée sur votre objectif.
  • OUVRIR LE REGARD, encore pour éviter la pros­tra­tion et pour SAISIR VOS OPPORTUNITES DE FUITE. Nous avons toutes des réac­tions dif­férentes : cer­taines regar­dent le sol, d’autres fer­ment les yeux ou au con­traire fix­ent leur agresseur. Ne vous enfer­mez pas dans un seul regard, cela vous aidera à sor­tir de la pétri­fi­ca­tion et à voir arriv­er d’autres éventuels agresseurs.
  • Si vos pre­mières ten­ta­tives échouent, ne vous lais­sez pas décourager. N’arrêtez pas de crier même si vous ne voyez per­son­ne venir. Il se peut que quelqu’un vous ait enten­due mais n’ait bien iden­ti­fié vos bruits, alors con­tin­uez à crier. Débat­tez-vous au max­i­mum pour gên­er les agresseurs et gag­n­er du temps. Si vous ne pou­vez ni crier ni bouger (sous la men­ace d’un couteau par exem­ple), lut­tez men­tale­ment pour garder en tête votre objec­tif de fuite.

 

A RETENIR POUR EVITER UNE AGRESSION

  • Ne pas s’attarder à un endroit où l’on se retrou­ve seule. Le pre­mier agresseur de Lucie a pris soin de l’attaquer pile quand elle s’est retrou­vée seule et l’a for­cée à s’immobiliser.
  • 99% des gens qui deman­dent l’heure aux femmes dans les lieux publics savent très bien quelle heure il est. A l’heure des télé­phones porta­bles et des écrans partout, qui n’a pas l’heure ? Dans la plu­part des cas, deman­der l’heure est une plate accroche de drague (là, à vous de voir) ou un piège pour vous ralen­tir, vous dis­traire. Vous êtes une femme aimable et servi­able ? Il y a mille manière de se ren­dre utile, ne vous forcez pas à inter­a­gir avec les incon­nus, vous ne leur devez rien. Ne vous jus­ti­fiez pas. Se pren­dre un vent d’une incon­nue n’a jamais trau­ma­tisé personne.
  • Tout con­tact physique non-sol­lic­ité dans un lieu pub­lic est une alerte. Une per­son­ne qui vous touche ou s’approche trop près de vous empiète sur votre espace vital. Dans le cas de Lucie, le pre­mier con­tact physique était vio­lent. Mais sachez que le sim­ple fait qu’un incon­nu pose la main sur vous, vous prenne (même douce­ment) l’avant-bras ou la main, ou vous donne une petite tape sur l’épaule, est déjà en soi un manque de respect.
  • Faire con­fi­ance à son intu­ition. Si vous ne « sen­tez pas » quelqu’un, ne vous sen­tez pas coupable de sem­bler malpolie en coupant court à la dis­cus­sion. N’ayez pas peur de sur-réa­gir ou de taper un scan­dale. N’attendez pas d’être cer­taine que l’homme est en train de vous agress­er pour réa­gir. Beau­coup d’agressions démar­rent de manière anodine et brouil­lonne, écoutez les alertes qui vous mon­tent au cerveau.
  • N’ayez pas honte d’être « para­no ». Les gens qui vous reprochent de « voir le mal partout » sont rarement des per­son­nes ayant subi une grave agres­sion ou qui savent ce que ça fait, que d’être regardée comme un bout de viande par de nom­breux hommes. Vous n’arrivez pas à être déten­due dans cer­tains lieux à cer­taines heures ? Cela sig­ni­fie vos sens captent des infor­ma­tions et que votre cerveau vous envoie des alertes. Votre cerveau fonc­tionne nor­male­ment. Ce sont les grandes villes qui sont anor­male­ment stres­santes pour les femmes. N’hésitez pas à deman­der à vos proches de vous accom­pa­g­n­er dans les déplace­ments stres­sants (tel quarti­er, telle heure).
  • N’oubliez pas qu’aucune tenue ves­ti­men­taire ne vous pro­tège des agres­sions et vio­ls. Tous les jours, des femmes sont vio­lées alors qu’elles por­tent un jog­ging ou un jean.
  • Pra­ti­quer un sport de com­bat. Aus­si utile sur le plan tech­nique que men­tal, comme le mon­tre le témoignage de Lucie. Pour le choix du sport, le plus impor­tant est de s’y met­tre et de choisir un cours qui VOUS con­vient. A vous de voir si vous préférez faire ponctuelle­ment des stages ou suiv­re un cours toute l’année.

Tous ces con­seils visent à vous don­ner un mes­sage d’e­spoir, des clés pour mieux vous con­naître et vous aider à pré­par­er votre auto-défense. Toute­fois, les femmes qui ne parvi­en­nent pas à se défendre ne sauraient en aucun cas être tenues pour respon­s­ables de leur agres­sion ou de leur viol. Les seuls coupables sont les agresseurs et les vio­leurs. Bel­li­ca réclame des sanc­tions réelle­ment dis­sua­sives, y com­pris envers les mineurs, une sur­veil­lance accrue de l’e­space pub­lic et une vraie poli­tique de préven­tion des violences.

Autre article de Solveig Mineo

Miss France 2017 : la bataille des cinglés

Hier soir, 8,2 mil­lions de téléspec­ta­teurs étaient réu­nis devant la finale de Miss...
En savoir plus