Le visage d’une jeune femme de 18 ans née en Grèce il y a 9000 ans enfin reconstitué

Le visage reconstitué d'Avgi, femme de 18 ans, qui a vécu à l'âge de pierre en Grèce (photo : Oscar Nilsson)

Elle s’appelle Avgi et la dernière fois qu’un être humain a vu son visage, c’était il y a 9000 ans. Elle vivait en Grèce, à la fin du Mésolithique, vers 7000 avant J.C., en pleine transition d’une société de chasseurs-cueilleurs à une société de cultivateurs.

Avgi signifie “crépuscule”, nom que les archéologues lui ont donné car elle a vécu au crépuscule d’une civilisation.

On sait peu de choses de sa vie et de sa mort. À présent, les archéologues peuvent contempler ses pommettes proéminentes, son front massif et son menton à fossette. Son visage a été révélé par une équipe de chercheurs de l’Université d’Athènes vendredi lors d’un événement organisé au musée de l’Acropole.

Reconstituer son visage n’a pas été une mince affaire. Il aura fallu un endocrinologue, un orthopédiste, un neurologue, un pathologiste et un radiologue pour déterminer avec précision ce à quoi Avgi devait ressembler. L’équipe est dirigée par l’orthodontiste Manolis Papagrigorakis, qui relève que la dentition d’Avgi lui donnait 18 ans, tandis que ses os étaient plutôt ceux d’une fille de 15 ans.

L’équipe de médecins de l’université a travaillé avec Oscar Nilsson, sculpteur et archéologue suédois spécialisé dans les reconstitutions. Celui-ci a reconstitué de nombreux visages du passé et l’âge de pierre est sa période préférée : “C’est une période extrêmement longue et différente de la nôtre, mais nous nous ressemblons tellement”, a-t-il déclaré.

Oscar Nilsson a commencé par le crâne d’Avgi, découvert en 1993 dans la grotte de Théopetra, un site localisé dans le centre de la Grèce, en Thessalie, qui a été occupé de manière ininterrompue pendant 130 000 ans. Les chercheurs ont scanné le crâne pour en réaliser une réplique exacte grâce à une imprimante 3D.

“Sur la réplique, nous collons des attaches qui matérialisent l’épaisseur de la chair sur certains points anatomiques du visage”, explique-t-il. Cette structure lui permet de recréer le visage d’Avgi, muscle par muscle. Certains traits sont déterminés par les mesures du crânes, d’autres, comme la couleur de la peau et des yeux, sont déduits des caractéristiques de la population générale dans la région.

Ce n’est pas la première fois que Papagrigorakis, Nilsson et l’équipe de l’Université d’Athènes font revivre un visage ancien. En 2010, ils avaient recréé le visage d’une petite fille athénienne de 11 ans, prénommée Myrtis, qui a vécu aux alentours de 430 avant J.C.

L’équipe a aussi reconstitué le visage de Myrtis, petite fille athénienne morte à 11 ans de la thypoïde au Ve siècle avant J.C. (Photo : Oscar Nilsson)

“Avgi a un crâne et des traits très particuliers et pas spécifiquement féminins. Myrtis ne diffère pas des traits que nous voyons autour de nous aujourd’hui”, commente Nilsson. “Pour avoir reconstitué beaucoup de visages de l’âge de pierre, d’hommes comme de femmes, il me semble que certains traits faciaux ont disparu ou se sont adoucis avec le temps. En général, les hommes comme les femmes ont des visages moins masculins, aujourd’hui”.

[Article du National Géographique traduit de l’anglais]
Autre article de Bellica

Saint Sylvestre : Mon Chaperon, l’appli pour ne pas rentrer seule le soir

On connaissait le covoiturage. Voici maintenant le copiétonnage. Grâce à la toute...
En savoir plus