“Le silence sur l’exploitation sexuelle à Telford révèle l’hypocrisie au cœur du mouvement #MeToo”, accuse Joanna Williams

Joanna Williams (Photo : Julian Anderson)

Cela fait six mois que le mou­ve­ment #MeToo a été lancé. Depuis six mois, nous sommes régulière­ment abreuvés d’histoires atti­rant notre atten­tion sur les souf­frances causées par des hommes sur des femmes. Lorsque ce week-end le Sun­day Mir­ror a révélé les abus sex­uels subis par des cen­taines de filles et femmes à Telford, on aurait pu s’attendre à ce que le scan­dale soit relayé.

L’information selon laque­lle des filles, cer­taines de 11 ans, ont été droguées, battues et vio­lées par des gangs com­posés d’hommes en majorité de musul­mans asi­a­tiques [le terme asian désigne en anglais surtout les com­mu­nautés pak­istanais­es, indi­ennes et bangladais­es], a toute sa place dans le cadre d’une cam­pagne con­tre les vio­lences sex­uelles. On aurait pu espér­er que le mou­ve­ment #MeToo mon­tre sa sol­i­dar­ité, rap­pelle l’importance d’écouter les vic­times, et pro­pose un sou­tien financier aux victimes.

Mais non. Le scan­dale sex­uel de Telford con­cerne plus de 1000 filles et s’étend sur plus de 40 ans. Des jeunes filles vul­nérables de Telford ont été amadouées par des hommes, ren­dues accro au crack et vio­lées. Elles ont « tourné » de vio­leur en vio­leur comme des objets. Cer­taines sont tombées enceintes, ont été avortées et ont ensuite été de nou­veau vio­lées à de mul­ti­ples repris­es. Trois femmes ont été assas­s­inées et deux autres sont mortes dans des drames liés à cette affaire. Pour­tant, ces événe­ments n’ont reçu qu’une faible cou­ver­ture médi­a­tique. Les filles de Telford, apparem­ment, ne méri­tent pas la une du Guardian ni du Times.

Ces mêmes jour­naux qui ont cou­vert dans le détail et pen­dant des jours et des jours des affaires telles que « Le député Dami­an Green a‑t-il, oui ou non, touché le genou de Kate Malt­by ? » ou « Michael Fal­lon a‑t-il essayé d’embrasser Jane Mer­rick ? », ne se sont pas autant scan­dal­isé pour les jeunes vic­times de Telford.

Le silence sur l’exploitation sex­uelle à Telford révèle l’hypocrisie au cœur du mou­ve­ment #MeToo. Les mil­i­tantes #MeToo de la haute société n’ont de cesse de clamer qu’elles sont guidées par leur volon­té d’aider les femmes moins favorisées qu’elles, et non par leur intérêt per­son­nel. Jane Mer­rick affirme qu’elle a tout débal­lé parce que « Je savais qu’en n’agissant pas, je lais­sais tomber mon Moi de 29 ans, mais aus­si toutes les autres femmes qui subi­raient la même chose que moi dans le futur ». Kate Malt­by a fait une déc­la­ra­tion du même type : « C’est vrai que je jouis de nom­breux priv­ilèges que d’autres femmes n’ont pas. C’est pour cela que j’ai le devoir envers elles de me mon­tr­er. Quand on voit des femmes blanch­es et aisées dire « Me Too », il faut se deman­der quelles sont les autres voix qu’on n’entend pas ». Trop occupées par leur tapage sac­ri­fi­ciel et sol­idaire, Mer­rick et Malt­by n’ont pas eu un mot pour les vic­times ado­les­centes de Telford.

Les stars de #MeToo ont lancé le fonds Time’s Up : elles ont levé des fonds pour pay­er les frais de procé­dure des vic­times de har­cèle­ment et de vio­lences sex­uelles souhai­tant obtenir jus­tice. Le but affiché était de « faire enten­dre les voix, le pou­voir et la force des femmes tra­vail­lant dans des secteurs sous-payés, où le manque de sta­bil­ité finan­cière les rend par­ti­c­ulière­ment vul­nérables à l’exploitation et aux vio­lences sex­istes ». Plus de 16,7 mil­lions de dol­lars ont été col­lec­tés en moins d’un mois. L’actrice bri­tan­nique Emma Wat­son, l’une des dona­tri­ces les plus généreuses et les plus médi­a­tiques, a écrit sur les réseaux soci­aux : « Les heures de l’abus de pou­voir sont comp­tées. Je suis sol­idaire des femmes de tous les milieux pour dire que l’heure a son­né (Time’s Up) pour les abus, le har­cèle­ment et les vio­lences sex­uelles. L’heure de l’oppression et de la mar­gin­al­i­sa­tion a son­né ». Apparem­ment, cer­taines femmes méri­tent la sol­i­dar­ité plus que d’autres. Cer­taines voix des femmes méri­tent plus que d’autres d’être portées.

Pourquoi n’a‑t-on pas vu d’effusions de com­pas­sion ou de déc­la­ra­tions scan­dal­isées pour les filles de Telford ? Pourquoi les actri­ces ne se font-elles pas pho­togra­phi­er dans leurs robes de luxe à Telford ? Pourquoi n’a‑t-il pas beau­coup de jour­nal­istes pour inter­rompre leurs longs déje­uners afin de don­ner une voix aux filles de Telford ?

Peut-être que tout sim­ple­ment, les femmes de Telford appar­ti­en­nent à la mau­vaise caté­gorie de vic­times. #MeToo préfère les vic­times de la haute société. Jane Mer­rick déje­u­nait dans un restau­rant très hup­pé de West­min­ster quand Fal­lon a ten­té de l’embrasser. La famille aisée et bien en vue de Kate Malt­by n’a sans doute pas été un frein à sa car­rière. Chaque robe portée par les stars glam­our qui ont orné les pages du Times Mag­a­zine et ont été célébrées comme « briseuses de silence » coûte plus que le salaire annuel moyen d’un habi­tant de Telford.

Ou peut-être que les hommes « asi­a­tiques » accusés de détourne­ment de mineur, de viol, de traf­ic de drogue, de meurtre et de pédophilie appar­ti­en­nent à la mau­vaise caté­gorie d’hommes vio­lents. #MeToo préfère que les accusés soient des hommes blancs et puis­sants, comme Har­vey Wein­stein ou les mem­bres du cab­i­net min­istériel con­ser­va­teur. Les vio­lences com­mis­es par des hommes musul­mans bous­cu­lent la hiérar­chie soigneuse­ment mise en place par le fémin­isme inter­sec­tion­nel et con­tre­dis­ent le dis­cours habituel sur le patri­ar­cat. Les tri­buns et mil­i­tantes s’inquiètent davan­tage du risque de racisme ou d’islamophobie que des vio­lences sex­uelles qui ont eu lieu.

Que ce soit parce que les vic­times de Telford ont le mau­vais pro­fil, ou parce que leurs bour­reaux ont le mau­vais pro­fil, un silence coupable a per­mis que des crimes soient per­pétrés sans entrav­es pen­dant des années. Selon le rap­port par­lemen­taire, les tra­vailleurs soci­aux étaient au courant des vio­lences dès la fin des années 90. En 2016, un lanceur d’alerte a été sus­pendu de la police pour avoir fourni des preuves à un jour­nal. Une autre lanceuse d’alerte a été ren­voyée de son poste d’aide aux vic­times d’abus sex­uel au sein d’une asso­ci­a­tion pro­tégée par les autorités locales.

C’est ain­si que les abus se sont pour­suiv­is. Becky Wat­son n’avait que 13 ans quand elle est morte dans un acci­dent de voiture décrit comme une « mise en scène », après avoir subi deux ans de vio­ls col­lec­tifs. Sa mère a plusieurs fois dénon­cé les sus­pects à la police, mais, soupire-t-elle, « les filles comme Becky étaient traitées comme des délin­quantes ». #MeToo nous ordonne de croire sans pos­er de ques­tions des allé­ga­tions de bais­ers volés ou de genoux touchés. Mais quand des filles de la classe ouvrière rap­por­tent des vio­ls à la police, elles sont disqualifiées.

Lucy Lowe a été ciblée par son vio­leur Azhar Ali Mehmood, 44 ans, en 1997. Elle n’avait que 14 ans quand elle est tombée enceinte. Deux ans plus tard, à 16 ans, Lucy a été assas­s­inée avec sa mère et sa sœur de 17 ans, Sarah. Mehmood a incendié leur mai­son. Il a été incar­céré pour meurtre mais n’a jamais été inquiété pour ses abus sex­uels. Une autre col­légi­en­ne est tombée enceinte à six repris­es en cinq ans après avoir été ciblée par un gang en 2004. Les rap­ports munic­i­paux révélés par le Mir­ror mon­trent que les ser­vices soci­aux, pro­fesseurs, policiers et psy­cho­logues savaient ce qui se pas­sait mais n’ont pra­tique­ment rien fait.

Les stars et les jour­nal­istes du mou­ve­ment #MeToo par­lent de l’importance de croire les vic­times et d’aider les femmes à faire enten­dre leur voix. Mais, hélas pour les filles de la classe ouvrière d’Oxford, Rother­ham, New­cas­tle et à présent Telford, toutes les femmes ne sont pas égales. Le mou­ve­ment #MeToo étale un niveau écœu­rant d’hypocrisie. Pire, il acca­pare le temps et les ressources qui devraient être con­sacrés aux vic­times authen­tiques d’abus sex­uels. La semaine dernière, la députée Melanie Onn a organ­isé un débat au par­lement pour que les sif­fle­ments et com­men­taires soient con­sid­érés comme de la misog­y­nie et soient punis comme des man­i­fes­ta­tions de haine. Melanie Onn et ses con­sœurs préfèrent men­er une croisade con­tre des pas­sants qui sif­flent plutôt que s’attaquer au prob­lème beau­coup plus épineux des gangs musul­mans ciblant des filles de la classe ouvrière.

 

Cette tri­bune de Joan­na Williams, jour­nal­iste spé­cial­isée dans l’é­d­u­ca­tion, a été ini­tiale­ment pub­liée dans le jour­nal bri­tan­nique Spiked Online. Tra­duc­tion : Solveig Mineo.