Retrait du hijab Decathlon : les Françaises ne veulent pas du voile islamique

Après plusieurs jours d’indig­na­tion, Decathlon retire de la vente son hijab de run­ning Kalen­ji. En dehors de quelques cer­cles de rad­i­caux per­méables aux thès­es indigénistes, ce hijab fait l’u­na­nim­ité con­tre lui, de Mar­lène Schi­ap­pa à Marine Le Pen en pas­sant par les Femen et Céline Pina. Per­son­ne n’ar­rive vrai­ment à se con­va­in­cre que le voile islamique puisse avoir sa place en France.

Pour l’anthropologue Flo­rence Bergeaud-Black­ler, de l’Institut de Recherch­es et d’Etudes sur le Monde Arabe et Musul­man, « avec cet hijab de run­ning, Décathlon par­ticipe à la dif­fu­sion d’une norme fon­da­men­tal­iste ». Vous trou­verez égale­ment ci-après les réac­tions de plusieurs poli­tiques ain­si que de sim­ples inter­nautes à cette énième ten­ta­tive de nor­mal­i­sa­tion du code de pudeur islamique en Occi­dent.

Bar­bie à hijab, hijab dans les pubs de sham­po­ing L’Oréal, burqa glam­ourisée sur la BBC, hijab à la Wom­en’s March, burki­ni dans les piscines munic­i­pales français­es … les big­ots déploient une énergie con­sid­érable à refour­guer leur uni­forme aux Occi­den­tales, sous des pré­textes fal­lac­i­eux de tolérance, d’in­clu­siv­ité et même de fémin­isme.

Je n’ai ni le temps, ni l’én­ergie d’écrire une énième tri­bune sur ce tor­chon inté­griste. Je vous avoue être un peu fatiguée de devoir argu­menter sur le voile alors que per­son­ne de sen­sé ne veut voir le hijab gag­n­er du ter­rain chez nous. Citez-moi un seul quarti­er sur terre qui soit devenu plus agréable pour les femmes une fois que le hijab s’y est général­isé. Citez-moi un seul pays dans lequel la général­i­sa­tion du voile islamique a eu des con­séquences pos­i­tives pour les femmes. Pourquoi les femmes français­es devraient-elles débat­tre avec chaque inté­griste du tiers-monde qui se présente à elles ? Depuis quand devri­ons-nous mon­tr­er tolérantes vis-à-vis d’une reli­gion inca­pable de tolér­er la vision d’une mèche de cheveux féminins ?

 

 

Et comme le dit si bien notre amie Mamaci­ta :